Mercredi, le pdg du Port a confirmé avoir des plans de réaménagement du bassin Louise.

Réaménagement du bassin Louise: le Port de Québec attend la Ville

L'Administration portuaire de Québec (APQ) attend la Ville de Québec pour terminer les plans de réaménagement du bassin Louise. Si le Marché du Vieux-Port déménage à ExpoCité, tel qu'envisagé par l'administration Labeaume, il faudra remplir le grand vide laissé à la tête du bassin.
«On est 100 % tributaires de la Ville là-dedans», a laissé tomber mardi Mario Girard, président-directeur général du Port de Québec, en marge d'une conférence prononcée devant la Chambre de commerce de Lévis. Il n'a pas caché sa hâte d'obtenir «les dernières pièces pour finir un plan global».
Au début janvier, M. Girard avait évoqué des «défis techniques» pour justifier un énième report du dévoilement de la «vision» du Port pour ce secteur stratégique du Vieux-Québec.
Mardi, il a admis qu'il attendait après le rapport de Daniel Gélinas sur l'avenir d'ExpoCité, où pourrait aboutir le plus important marché public de la capitale. La Ville de Québec fera connaître ses intentions après.
Un quartier portuaire
Le pdg du Port n'a pas dit si le déménagement du marché faciliterait sa tâche ou pas. «Ça ne m'arrange pas vraiment, on va faire avec. De toute façon, le projet va être présenté à la population. Les gens vont avoir le temps d'émettre leurs commentaires. J'imagine que ça ne sera pas sans impact. S'il déménage, il y a des gens qui vont dire des choses. Est-ce qu'on ne pourrait pas trouver un compromis?» a lancé M. Girard, qui ne fait pas mine d'ignorer les objections déjà exprimées par des marchands et des citoyens du secteur.
Hier, le conférencier a résumé ainsi le grand projet d'aménagement urbain qui s'en vient : «Créer un quartier portuaire dans le pourtour du bassin où une promenade publique et des espaces verts encadreraient de nouveaux développements résidentiel, hôtelier et commercial de même que des espaces de bureaux et des lieux récréotouristiques». Les investissements sont évalués à 250 millions $.
M. Girard a répété que la vision qui sera présentée cette année au public pourra évoluer au gré des attentes et des besoins exprimés. «Il faut que les gens de Québec aient pas l'impression que venir là, c'est comme venir dans la cour des habitants du secteur», établit-il toutefois dès le départ.