Le ministre des Transports, André Fortin, s’est dit prêt à avoir des discussions avec Régis Labeaume sur l'emplacement des radars photo à Québec.

Radars photo: le ministre des Transports prêt à discuter

Le ministre des Transports, André Fortin, n’a pas fermé la porte, dimanche, à ce que la Ville de Québec puisse éventuellement décider elle-même du nombre et des emplacements des radars photo sur son territoire.

Invité à réagir à cette demande du maire de Québec, formulée la veille dans un discours bien senti au Colloque sur la sécurité routière organisé par la Ville, M. Fortin a montré des signes d’ouverture. 

«Nous croyons également qu’il y a lieu de bonifier l’autonomie municipale et de trouver des solutions à plus long terme pour simplifier l’exercice», a-t-il expliqué dans une courte déclaration écrite au Soleil

M. Fortin était invité à se prononcer uniquement sur la gestion des radars photo. Il n’a pas précisé les moyens envisagés pour en arriver à cette bonification, mais s’est dit prêt à avoir des discussions avec le maire de Québec.

M. Labeaume a qualifié samedi de «ridicule» le fait que le ministère des Transports ait le contrôle du nombre de radars sur le territoire de sa ville, ou encore que l’administration municipale ait à faire approuver «au quotidien» les emplacements desdits radars mobiles par des fonctionnaires provinciaux.

«Je peux tu avoir le nombre de radars photo que je veux comme maire? Me semble que j’aurais le droit. C’est l’envers du bon sens. […] Ça ne se peut pas que Big Brother décide pour nous autres, où, quotidiennement, on va installer les radars. On pense qu’on est assez intelligent et compétent pour prendre toutes les décisions, a-t-il décoché.

Le maire réclame ces nouveaux pouvoirs alors que la Ville de Québec est à bâtir sa Stratégie de sécurité routière 2019-2023. M. Labeaume soutient qu’il doit avoir en main tous les outils disponibles afin d’accoucher du plan le plus efficace. Il a comparé sa demande à la modification des limites de vitesse, un pouvoir obtenu par Québec en 2016.

M. Fortin s’est engagé dimanche, comme il l’avait fait la semaine dernière, à «travailler à court terme avec le maire de Québec» en matière de sécurité routière. Mardi dernier, il avait bien entendu le message selon lequel le maire voulait des radars dans les zones scolaires et résidentielles. 

«Je sais qu’il est particulièrement intéressé au niveau des quartiers résidentiels. […] Il y a certaines zones où on pourrait en faire davantage, que ce soit les zones résidentielles, les zones scolaires ou les zones de chantier», avait dit le ministre. La Ville de Québec compte actuellement quatre cinémomètres.