La Biobliothèque Étienne-Parent

Québec21 réclame que le financement soit rétabli pour la bibliothèque Étienne-Parent

Le président de l’Arrondissement de Beauport et élu de Québec21, Stevens Melançon, réclame que la Ville de Québec infirme sa décision de retirer le financement pour l’agrandissement de la bibliothèque Étienne-Parent, un projet attendu depuis nombre d’années.

Le conseiller municipal de l’opposition n’a pas apprécié apprendre dans Le Soleil de mardi que les 6,5 millions $ qui avaient été mis de côté pour rénover la populaire bibliothèque de son district ne sont plus disponibles. «Ça, c’est de la petite politique.»

À LIRE AUSSI: L’argent pour la rénovation de la bibliothèque Étienne-Parent ira dans Saint-Roch

Les élus d’Équipe Labeaume ont signé une entente avec le ministère de la Culture qui subventionnait le chantier : les subsides gouvernementaux de 2,6 millions $ qui devaient être dépensés à la bibliothèque Étienne-Parent seront plutôt détournés vers la reconstruction de 40 millions $ de la bibliothèque du quartier Saint-Roch. À la demande de la mairie. «La Ville souhaite pour le moment concentrer les efforts sur le projet de la bibliothèque Gabrielle-Roy», nous expliquait la conseillère en communication Mélanie Brassard.

Résultat : la cure de jouvence de la bibliothèque Étienne-Parent est repoussée «après 2022» sans qu’un échéancier soit fixé. Cela même si ce projet est promis par l’administration du maire Régis Labeaume depuis au moins 2014. Et que les montants nécessaires figurent au Plan triennal d’investissement de la Ville, critique Stevens Melançon.

Au téléphone, celui-ci s’étonne du fait que ce projet était jugé prioritaire à l’époque où l’ex-conseillère de l’équipe du maire, Julie Lemieux, représentait le district. «Nonobstant qui représente le district […] les promesses qu’il a faites doivent être respectées, point à la ligne», juge M. Melançon. «Il doit livrer la marchandise.»

L’élu de l’opposition fait valoir que la municipalité doit offrir des services pour tous les citoyens, pas seulement au centre-ville. «Encore une fois, on centralise. […] C’est une centralisation au détriment des services de proximité. […] Le maire a été élu par l’ensemble des citoyens de Québec.»

Stevens Melançon ajoute que la fréquentation de la bibliothèque Étienne-Parent est en croissance. «Les besoins sont criants.» Il invite donc la Ville à revoir ce projet pour le bonifier et à le réaliser le plus rapidement possible.

Selon les données transmises par la mairie, la bibliothèque Étienne-Parent enregistre 220 000 entrées par année.