Le ministre des Affaires municipales, Martin Coiteux, a parlé d'un «moment magique» quand l'Assemblée nationale a adopté le projet de loi à l'unanimité, jeudi. Le maire Régis Labeaume n'a pas dit le contraire, lui qui attendait un déblocage sur ce front depuis ses premiers pas en politique, il y a 35 ans.

Québec célèbre ses nouveaux pouvoirs

La Loi sur le statut de capitale nationale a donné lieu à des réjouissances, vendredi, à l'hôtel de ville de Québec.
Le ministre des Affaires municipales, Martin Coiteux, a parlé d'un «moment magique» quand l'Assemblée nationale a adopté le projet de loi à l'unanimité, jeudi. Le maire Régis Labeaume n'a pas dit le contraire, lui qui attendait un déblocage sur ce front depuis ses premiers pas en politique, il y a 35 ans.
Les deux politiciens sont particulièrement fiers d'avoir réussi à désigner la capitale comme lieu «privilégié et prioritaire» des grandes rencontres politiques, des négociations importantes et de l'accueil des dignitaires. M. Labeaume a promis de veiller au grain pour que cela soit respecté.
L'opposition municipale continue de penser que la loi n'a «rien de révolutionnaire». Selon la chef de Démocratie Québec, Anne Guérette, elle est même dangereuse, car elle centralise les pouvoirs dans les mains du maire au détriment des arrondissements.