«Plus il va y avoir de choses à Québec le 31 décembre, mieux c’est pour la ville, parce que ce qu’on veut, c’est que les touristes viennent, que les gens viennent», souligne le grand manitou du Jour de l’An à Québec, André Verreault.

Québec, capitale du jour de l’An?

S’il n’en tenait qu’à Action Promotion Grande Allée, Québec ajouterait bientôt le titre de «capitale du jour de l’An» à ses lettres de noblesse. Destination très prisée pour les célébrations de fin d’année, la ville de Champlain gagnerait toutefois à améliorer encore davantage son offre, estime le grand manitou du Jour de l’An à Québec, André Verreault.

Encore cette année, la popularité du Jour de l’An à Québec, qui se tient depuis 2009 sur la Grande Allée, ne se dément pas. Tant et si bien qu’elle a fait des petits.

«Ç’a commencé tout petit sur la Grande Allée, mais là, c’est rendu à la grandeur de la ville. Le Centre Vidéotron fait un show [Éric Lapointe], le Capitole fait quelque chose de gros aussi [Garou]. Effectivement, les gens commencent à se dire qu’il se passe quelque chose à Québec le 31 décembre», constate André Verreault.

LIRE AUSSI : Le jour de l'an jusqu'au Carnaval?

Loin de voir cet élan s’essouffler, ce dernier espère que le phénomène d’émulation se poursuivra. Plus il y aura d’événements à Québec au cours de cette période, plus les touristes y afflueront, croit-il.

«Plus il va y avoir de choses à Québec le 31 décembre, mieux c’est pour la ville, parce que ce qu’on veut, c’est que les touristes viennent, que les gens viennent. Qu’ils viennent au Centre Vidéotron ou sur la Grande Allée, je suis bien heureux. Tout le monde profite de ça. Ce qui est important, c’est que la business roule, que les restos roulent, que les hôtels roulent. C’est ça qui compte», croit-il.

Cette ambition, Québec la partage aussi. Dans son appel de projets pour le temps des Fêtes de 2019, la Ville soutient vouloir «maintenir la tenue de ces grandes célébrations de fin d’année» et souhaite les voir devenir «une référence au Canada».

À bien des égards, André Verreault estime que Québec mérite déjà cette distinction.

«Bien oui! C’est la seule ville au Canada qui n’a pas annulé ses spectacles [en raison du froid] l’an passé, donc on en tire une fierté quand même importante. On n’est pas frileux à Québec!»

C’est à l’esprit festif des Québécois et à la quantité sans cesse grandissante des touristes que Québec doit ce succès, juge-t-il encore.

«Les gens de Québec aiment ça fêter. Ça ne les dérange pas de sortir. On les a vus l’année passée, à -40 degrés Celsius, les gens étaient là pareil. Cette année, on annonce doux, alors je pense qu’on va manquer de place. Surtout que c’est plein de touristes. Les touristes viennent pour l’événement. D’autres viennent un peu avant et restent pour le Jour de l’An. Parce qu’il y a du plaisir à y avoir à Québec! J’entends parler toutes sortes de langues que je ne connais pas. C’est ben le fun!» lance André Verreault.

Les célébrations du Jour de l’An se poursuivent jusqu’au 1er janvier sur la Grande Allée. Le 31 décembre en soirée, des spectacles de la Famille Painchaud (Parc de la Francophonie, 20h) et de DJ Champion (Esplanade du Parlement, 23h), précéderont le grand décompte de minuit et les feux d’artifices sur les plaines d’Abraham.