Le candidat de Québec 21 dans Neufchâtel-Lebourgneuf, Patrick Paquet

Québec 21 veut 8 millions $ pour le centre communautaire de Neufchâtel

Le candidat de Québec 21 dans Neufchâtel-Lebourgneuf, Patrick Paquet, souhaite doubler la superficie du centre communautaire du boulevard Bastien, jugé désuet et exigu.

Le centre communautaire Charles-Auguste-Savard, qui regroupe un petit gymnase, la bibliothèque et des locaux pour quelques organismes communautaires, ne répond plus aux besoins des citoyens, estime le candidat.

S’il est élu le 9 décembre, il accordera la priorité à ce projet. «Le centre communautaire C-A Savard est rendu à pleine capacité. On parle d’une utilisation autour de 90%. Les locaux ne sont vraiment plus adéquats», indique M. Paquet, qui avait donné rendez-vous aux médias dans le local d’un organisme au sous-sol.

Organismes éparpillés

Faute de place, plusieurs organismes du milieu doivent louer des espaces ailleurs, voire à l’extérieur de l’arrondissement. «Le Club optimiste loge au sous-sol d’un restaurant et les locataires de la résidence pour personnes âgées Saint-André utilisent le sous-sol de l’église. Plusieurs ne peuvent même plus participer à certaines activités comme le bingo parce que c’est difficile d’accès à cause des marches», illustre-t-il.

La construction d’un nouveau centre se ferait sur le terrain adjacent au centre, propriété de Sports et loisirs Neufchâtel. Il s’agirait de démolir la maison Mauger qui s’y trouve pour y ériger un nouveau bâtiment de 5000 pieds carrés sur deux étages. Le candidat estime la facture à 8 millions $, payée en parts égales entre les gouvernements fédéral et provincial et la Ville. 

La nouvelle construction inclurait un véritable gymnase, pour remplacer celui qui a la grandeur d’un terrain de basketball. Une fois les installations complétées, M. Paquet imagine conserver l’actuelle bâtisse de 5000 pieds carrés et y faire des rénovations pour qu’elle soit mieux adaptée et plus accueillante.

Au lendemain d’un scrutin qui lui serait favorable, M. Paquet amorcerait les démarches pour faire inscrire le projet au plan triennal d’immobilisations 2020-2021-2022. Selon lui, il est plausible de croire à une première pelletée de terre en 2022.