Depuis quelques semaines, le dynamitage a commencé dans le quartier des Constellations et des citoyens sont inquiets de l'impact des secousses dans leur secteur au sol déjà fragile.

Quartier des Constellations: la CSST intervient et suspend le dynamitage

La Commission de la santé et de la sécurité du travail (CSST) suspend le dynamitage à la carrière BML voisine du quartier des Constellations à Lévis. L'organisme enquête sur des morceaux de pierre qui ont atterri tout près d'une résidence.
Le Soleil avait fait état dans son édition de vendredi du cas de Lucie, une résidente de ce quartier du secteur Saint-Jean-Chrysostome qui a reçu des éclats de pierre à quelques mètres de sa clôture le 7 mai.
«Mon mari était dans le cabanon qui se trouve à quatre ou cinq pieds de la clôture. La roche est entrée dans la terre environ de 12 pouces. On se sent en danger», avait-elle témoigné.
Or, tant pour la protection du public que pour celle des travailleurs, la CSST a dépêché un inspecteur sur place, a indiqué le porte-parole de la direction de la CSST pour la région de Chaudière-Appalaches, André Résendes.
Attendre les résultats
Un inspecteur s'est rendu sur place lundi matin. «Il n'y aura pas de sautage tant que nous n'aurons pas les conclusions de l'analyse», a-t-il dit. À moins d'un grand revirement, le dynamitage prévu mardi après-midi est annulé.
Si la CSST intervient concernant les éclats de pierre à proximité des résidences, la Commission ne se penche toutefois pas sur l'autre aspect qui a inquiété les résidents des Constellations : la crainte de voir les sols déjà fragiles être affectés par les secousses du dynamitage. «Nous, on s'en tient au problème de projection», a confirmé M. Résendes.
Des citoyens des rues de la Licorne, Orion et Cassiopée qui ont déjà été éprouvés par des affaissements de sols ces dernières années se sont dits préoccupés par le récent dynamitage dans cette carrière qui n'en avait pas connu depuis près de 10 ans. Quatre citoyens ont porté plainte à la Ville de Lévis qui a aussi rencontré les responsables de BML (Sintra).
«Même si on pense qu'il n'y a pas de danger, on prend vraiment le dossier au sérieux. On partage l'inquiétude des citoyens. On va tout faire dans ce dossier-là, incluant l'embauche de nos propres experts», a dit jeudi au Soleil le directeur des communications à la Ville de Lévis, Christian Tanguay.