Le chef de Québec 21, Jean-François Gosselin

QC21 suggère d'entretenir les parcs avant d'en créer d'autres

Le chef de Québec 21, Jean-François Gosselin, suggère au maire Régis Labeaume d'entretenir correctement les parcs existants de la Ville de Québec au lieu d'en promettre de nouveaux jour après jour.
Pour le candidat à la mairie, la création et l'entretien de parcs font partie du «travail de base» d'une ville. «C'est comme si Québec 21, on s'en venait ici en campagne électorale en vous disant qu'on va déneiger les rues cet hiver et qu'on va réparer les rues l'été prochain. Ça fait partie du travail de n'importe quelle ville. Un maire que ça fait 10 ans qu'il est en place, qui nous arrive avec des annonces de parcs pendant une semaine, ça manque de créativité, il y a un vide», a-t-il dénoncé.
M. Gosselin et son équipe de candidats ont témoigné de discussions avec des représentants d'organismes de loisirs actifs dans plusieurs quartiers de Québec qui se font dire par la Ville de Québec qu'«il n'y a pas d'argent, pas d'argent pour repeinturer, pas d'argent pour entretenir».
Mario Hudon, candidat dans Saint-Rodrigue, a rapporté «une bataille de trois semaines pour avoir un air climatisé parce que dans le bureau il fait 39» degrés. L'ancien animateur de radio a aussi pris la défense des travailleurs des organismes à but non lucratif qui gèrent les parcs, qui sont payés à peine plus que le salaire minimum en raison de budgets limités.
La question des coûts se pose aussi pour les nouveaux équipements. Québec 21 aimerait savoir combien l'administration Labeaume investira pour créer des espaces verts un peu partout en ville.
Pour cette campagne électorale, Équipe Labeaume a choisi de ne pas chiffrer ses engagements au jour le jour, mais promet de le faire en fin de parcours.
Rencontré à une énième annonce de création d'espaces verts, mercredi matin, cette fois pour le verdissement du boulevard Wilfrid-Hamel dans Vanier, le maire sortant affirme ne jamais avoir entendu parler des allégations de ses adversaires. «Je ne sais pas d'où ça sort. Ils peuvent bien dire ce qu'ils veulent», a-t-il lancé, visiblement désintéressé par l'attaque portée. 
Quant à la remise en question par Québec 21 de la pertinence d'annoncer en boucle la création de parcs depuis le début de la campagne, M. Labeaume préfère encore une fois ignorer son adversaire. «Nous, on fait notre campagne», conclut-il. 
Avec Jean-François Néron