L'oeuvre Alas de Mexico
L'oeuvre Alas de Mexico

Promenade Samuel-De Champlain: deux œuvres d’art envolées!

Baptiste Ricard-Châtelain
Baptiste Ricard-Châtelain
Le Soleil
Deux œuvres d’art public de la promenade Samuel-De Champlain ont disparu! Où sont-elles?

Envolées, les ailes de bronze de plus de 4 mètres, don de la Ville de Mexico, qui étaient déployées en bordure du fleuve depuis 2017.

Évaporé aussi le «Prototype de “Éolienne V”» prêté par le Musée national des beaux-arts du Québec en 2008.

Que s’est-il passé? «L’œuvre Alas de Mexico a […] été retirée à la fin du mois de septembre, afin de réaliser des travaux d’entretien», révèle Stéphane Desmeules, coordonnateur aux communications et à la promotion de la Commission de la capitale nationale du Québec. «Les travaux visent à redonner l’éclat original à l’œuvre, à la structure d’acier et aux cadres de la plateforme métallique. L’empattement de l’aménagement installé à l’origine autour de l’œuvre est également refait, compte tenu de la popularité et de l’utilisation de l’emplacement par le public.»

Il faut dire que les visiteurs du parc linéaire sont nombreux à se positionner devant les ailes pour saisir un égoportrait. C’est vrai à Québec, comme à Dubaï, Berlin, Madrid, Tel-Aviv, Nagoya, Los Angeles, Singapour… Toutes des villes du monde qui ont eu droit à une réplique de la première pièce créée par l’artiste Jorge Marin — elle se trouve sur l’avenue Paseo de la Reforma, à Mexico.

«L’œuvre devrait être réinstallée avant l’hiver, normalement d’ici la mi-décembre, si la météo le permet», indique M. Desmeules. «Le budget prévu pour cette restauration est de 45 000 $.»

Éolienne V

«Une autre œuvre, nommée Éolienne V, a été retirée en octobre dernier en vue d’être restaurée», poursuit-il. Il s’agit en fait du prototype de l’œuvre mère imaginée en 1983 par Charles Daudelin, posée au Palais des congrès de Montréal. 

L’éolienne passera l’hiver au chaud pour être bichonnée. «La restauration comprend le redressement de la flèche, la réinstallation du poids du pivot et la peinture du corps de l’œuvre», précise M. Desmeules. «Comme cette œuvre a été prêtée à la Commission par le Musée national des beaux-arts du Québec, ce dernier coordonne les travaux de réfection. Celle-là devrait être réinstallée au printemps prochain.»

«Ces travaux sont planifiés afin de garder les œuvres d’art public de nos parcs et espaces en bon état, compte tenu des conditions de vent et de pluie propres à la promenade Samuel-De Champlain.»