Projet pilote pour les taxis à l'aéroport

La file d’attente des taxis à l’aéroport de Québec est en voie de devenir virtuelle.

Un projet pilote de 30 jours débute en janvier pour tester une nouvelle plateforme technologique permettant de gérer les accès et la prise en charge des clients désireux de quitter l’aéroport en taxi.

Y participent Aéroport de Québec inc. ainsi que trois coopératives de taxi desservant ses installations, soit Taxi Laurier, Coop Taxi Sainte-Foy/Sillery et Coop Taxi Québec 5191. 

L’aéroport a payé pour l’interface personnalisée du système informatisé des véhicules (SIV) développé par l’entreprise québécoise Fraxion. Celle-ci sera intégrée au système de répartition utilisé dans 95% des taxis accédant au site de l’aéroport. Ces frais sont absorbés par l’industrie.

La plateforme permettra aux taxis d’être ajoutés dans une file virtuelle dès lors qu’ils se pointeront au bassin d’attente à côté de l’édifice abritant les locaux de l’administration aéroportuaire. Les transports de passagers seront ensuite attribués en fonction de l’ordre d’arrivée. 

«Cette nouvelle solution technologique simplifiera la vie aussi bien des chauffeurs de taxi que des passagers qui bénéficieront d’un meilleur service de taxi. C’est toute la fluidité du transport terrestre à YQB qui s’en trouvera améliorée», a commenté Gaëtan Gagné, président et chef de la direction de l’aéroport, dans un communiqué de presse diffusé vendredi. 

Quand la plateforme sera entièrement opérationnelle, les chauffeurs de taxis pourront également être informés directement sur leur tablette des besoins à l’aéroport. Grâce à la technologie GPS, l’alerte sera donnée aux véhicules les plus proches quand un vol atterrit ou que des clients sont en attente. 

En plus d’accommoder les passagers, cette possibilité permettra aux chauffeurs de mieux gérer leur temps et leurs déplacements, souligne Abdallah Homsy, porte-parole du Regroupement des intermédiaires du taxi de Québec (RITQ). «Quand les gens vont à l’aéroport, ils aimeraient bien avoir la certitude de faire une course parce que c’est loin», dit-il. 

Pour le moment, le système sera testé en boucle fermée pour valider son fonctionnement. Mais au final, tous les taxis pourront y accéder s’ils ont une tablette intelligente à bord. 

«À ma connaissance, nous sommes les seuls à tester cela au Canada», a fait savoir vendredi Mathieu Claise, directeur des communications de l’aéroport de Québec.