«Presque» 1 million $ par année pour déneiger ExpoCité

La crue des frais de déneigement frappe à ExpoCité. La Ville de Québec vient de signer un contrat avec le seul entrepreneur intéressé à entretenir les terrains autour de l’amphithéâtre municipal au cours des trois prochains hivers. Valeur de l’entente : «Presque 1 million $ par année». C’est 210 % plus cher qu’il y a cinq ans.

Le comité exécutif de la Ville accepte donc de payer 2,83 millions $ «plus TPS et TVQ applicables» pour trois saisons froides, selon le résumé de la décision entérinée récemment par les élus d’Équipe Labeaume. C’est une moyenne de quelque 942 400 $ l’an, alors que les fonctionnaires prévoyaient débourser autour de 733 000 $.

Pourtant, même à ce montant, les employés municipaux avaient prévu l’inflation des coûts. Le précédent contrat signé pour l’hiver 2017-2018, avec un renouvèlement l’année suivante, valait 675 000 $. En 2015-2016, la facture était plutôt de 450 000 $. 

Durant toutes ces années, Les Entreprises Lou-Vil ont gagné les appels d’offres pour le déneigement d’ExpoCité, 2019 ne faisant pas exception. Mais la compagnie avait anciennement de la compétition, d’autres soumissionnaient. Cette fois-ci, par contre, la Ville n’a reçu qu’une proposition. Et l’a quand même acceptée.

Recrutement difficile

Comment expliquer l’explosion du prix? «Le constat qu’on fait, c’est qu’il y a vraiment un réajustement dans le marché du déneigement», observe le porte-parole de la mairie, David O’Brien. «La pénurie de main-d’œuvre fait que les entrepreneurs ont de la difficulté à recruter, qu’ils prennent moins de contrats ou qu’ils augmentent leurs prix.»

Le Service des approvisionnements a appelé les compétiteurs pour comprendre, ajoute David O’Brien. «Plusieurs nous ont dit qu’ils n’ont pas la capacité de prendre le contrat.»

Nouveaux aménagements

L’embellissement des terrains d’ExpoCité expliquerait aussi une partie de l’augmentation. «Le grand nombre de particularités qui sont venues bonifier le site avec les aménagements des dernières années peuvent également expliquer la hausse; stationnements avec îlots, bordures, barrières de stationnement, aménagements paysagers, pavés, etc. rendent le déneigement plus long et complexe pour l’entrepreneur», précise David O’Brien. «Ce n’est plus un immense stationnement. Je dirais même que le déneigement est plus chirurgical.»