La somme était souhaitée pour décontaminer les terrains, présentement occupés par des entreprises dans l’industrie lourde. La Ville planifie les exproprier pour faire de ce vaste front fluvial de 3,9 km carrés, dont 750 000 mètres carrés développables, une zone d’innovation pour les entreprises technologiques. Les terrains convoités sont situés dans les secteurs Beauport, Maizerets et d’Estimauville.

Premier pas vers la décontamination à Beauport

Le conseil de Ville de Québec entérinera lundi le protocole d’entente de 50 millions $ avec le gouvernement Legault pour la décontamination du littoral est de la Ville qui sera transformé en zone d’innovation.

La Ville tiendra lundi matin à l’hôtel de ville une séance extraordinaire du conseil avec ce seul point à l’ordre du jour. Pour l’administration, il faut agir rapidement pour toucher les sommes avant la fin de l’année financière du gouvernement qui se termine le 31 mars, explique l’attaché de presse de Régis Labeaume, Paul-Christian Nolin. L’argent a été confirmé dans le budget provincial de jeudi.

La somme était souhaitée pour décontaminer les terrains, présentement occupés par des entreprises dans l’industrie lourde. La Ville planifie les exproprier pour faire de ce vaste front fluvial de 3,9 km carrés, dont 750 000 mètres carrés développables, une zone d’innovation pour les entreprises technologiques. Les terrains convoités sont situés dans les secteurs Beauport, Maizerets et d’Estimauville.

Changer le paysage

La zone est créée en partenariat avec l’Université Laval et Force Québec 4.0. Les entreprises qui s’y installeront seront en lien avec les sciences de la vie et les technologies propres.

Le projet sur dix ans changera le paysage de la Ville, avait soutenu le maire. En plus d’entreprises comme Glassine, AIM et peut-être même la White Birch, un garage municipal et le dépôt à neige D’Estimauville sont appelés à disparaître.

La Ville estime que 280 entreprises et laboratoires pourraient s’y installer avec plus de 15 000 emplois. Pour le maire, il est nécessaire de récupérer ces terrains puisque la Ville ne possède plus de zone où elle peut implanter des entreprises technologiques.

À LIRE AUSSI
Nouvelle zone d’innovation à Québec près du fleuve

Chronique de François Bourque - Si on poussait le rêve un peu plus loin