Chantal Gilbert

PPU de Saint-Roch: le processus de consultation repensé

Après la grogne populaire entourant le processus de consultation pour le programme particulier d'urbanisme (PPU) de Saint-Roch en 2012, la Ville de Québec a décidé de procéder autrement pour le secteur sud du quartier. Les citoyens seront davantage sondés en amont, a annoncé l'administration municipale jeudi.
C'est lors de la séance du conseil de quartier de Saint-Roch qui s'est tenue jeudi soir que la conseillère municipale de Saint-Roch-Saint-Sauveur, Chantal Gilbert, a annoncé que le processus de consultation pour le PPU Saint-Roch sud serait cette fois «très différent».
La conseillère en consultation publique de la Ville, Marie Lagier, en a présenté les grandes lignes devant une vingtaine de curieux qui s'étaient déplacés pour en savoir plus à ce sujet. «Le but est d'écouter les citoyens, entendre leurs préoccupations avant d'entreprendre la planification», a-t-elle expliqué.
Cinq étapes de plus
Cinq étapes préalables à l'élaboration du PPU et à la consultation ont été ajoutées par rapport à il y a deux ans. Des séances de remue-méninges auprès de groupes témoins, une assemblée publique de consultation, la mise en ligne du rapport de cette dernière et par la suite d'un questionnaire sur une proposition préliminaire et la diffusion des résultats de celui-ci sont prévus. Le résultat final du processus devrait être livré en 2016.
Des membres du comité de citoyens de Saint-Roch sont demeurés sceptiques après la rencontre. «Chat échaudé craint l'autre froide!», a illustré David Gagnon. Il affirme que la Ville a «une solide pente à remonter» puisqu'en 2012, elle n'a pas du tout écouté les recommandations des citoyens.
«La dernière fois, même si 80 % des mémoires allaient dans le même sens, ils n'en ont pas tenu compte», renchérit sa collègue Marie-Josée Renaud.
Les deux se demandent si en ajoutant des étapes en amont, le résultat sera réellement différent. «Mais c'est un pas vers quelque chose», admet M. Gagnon, qui espère voir un changement.