Les citoyens ont exprimé plusieurs craintes lors du dévoilement du pont piétonnier sur la Saint-Charles, notamment en matière de sécurité et d'accessibilité aux commerces.

Pont piétonnier: la Ville de Québec se justifie devant la critique

La Ville de Québec opte pour une passerelle en bois à haubans pour enjamber la rivière Saint-Charles entre la rue Monseigneur-Plessis au nord et le parc Victoria. Un projet estimé à 1,64 million $ prévu en 2015.
Près d'une centaine de personnes se sont déplacées, lundi soir, pour la présentation publique du projet, critiqué au cours des derniers mois. Le comité de citoyens de Saint-Sauveur reproche à la Ville l'absence d'une consultation publique. Il aurait souhaité que la passerelle soit située plus à l'ouest, au coeur du quartier, pour faciliter l'accès aux commerces de la rue Saint-Vallier.
Devant un feu nourri de détracteurs, la Ville a expliqué son choix. Le lien, long de 47 mètres et de quatre mètres de large, est le moins coûteux des cinq propositions de départ. La Ville considère aussi que le lieu offre un espace suffisant pour aménager l'accès sans contrainte.
Quant à son design, il est qualifié de simple et élégant. De plus, il s'intègre au paysage et se présente comme un repère visuel.
Sécurité
La sécurité est l'une des préoccupations soulevées par de nombreux résidents. Alors qu'une dame espère que l'éclairage sera suffisant du côté du parc Victoria, une autre souhaite que les 140 mètres de sentiers qu'il faudra parcourir entre la rue Carillon et la passerelle, toujours côté sud, seront déneigés en tout temps pour permettre l'accessibilité à tous.
Côté nord, un autre citoyen rappelle qu'il n'y a aucun trottoir sur la rue Monseigneur-Plessis. Utile, si on veut y amener un flot de piétons et de cyclistes.
Les travaux de l'ouvrage devraient débuter au printemps 2015 pour se terminer à l'automne. L'appel d'offres se fera l'automne prochain.