Le ministère des Transports a une dizaine de ponts à câbles sous sa responsabilité, dont le pont Pierre-Laporte.

Pont Pierre-Laporte: le ministre Bonnardel se fait rassurant

Le ministre des Transports François Bonnardel assure que le pont Pierre-Laporte est «extrêmement sécuritaire», même si son ministère ne possède aucun expert spécialisé dans les ponts suspendus et les ponts à haubans.

S’il affirme qu’il y a «de très, très bons ingénieurs au ministère», M. Bonnardel admet que l’État québécois a du mal à les retenir. «Je me fais dire toujours la même chose : on se fait voler nos bons employés. Souvent, soit par les municipalités, soit par l’industrie privée. Dans ces conditions, je veux être capable de donner des outils aux directions territoriales pour revoir nos processus d’embauche, les conditions salariales s’il le faut», commente-t-il. 

Le Journal de Québec a révélé mardi que l’État québécois est à la recherche d’aide externe pour concevoir des ponts suspendus et des ponts à haubans, de même que pour surveiller et entretenir ce type de structure. Le ministère a une dizaine de ponts à câbles sous sa responsabilité, dont le pont Pierre-Laporte. Il souhaite également construire un nouveau pont à haubans pour relier l’île d’Orléans à la terre ferme. 

Pour le ministre Bonnardel, il est nécessaire de «peaufiner» l’expertise du ministère des Transports en la matière. «Est-ce qu’on peut aller plus loin? Absolument et c’est ce qu’on souhaite faire.» 

Lorsqu’il est arrivé en poste, il raconte avoir immédiatement sensibilisé le président du Conseil du Trésor à l’importance d’offrir des conditions de travail qui permettront de «maintenir l’expertise» au ministère des Transports. L’objectif est qu’à terme, tous les travaux se fassent «en régie». 

Rappelons qu’un rapport diffusé discrètement en avril par le ministère des Transports indique que le pont Pierre-Laporte montre des signes de vieillissement évidents. Une série de photos montre des fissures, des perforations et de la rouille sur plusieurs parties du pont. Le ministère a l’intention de réaliser des travaux majeurs pour réparer le pont Pierre-Laporte d’ici cinq ans.