Le pont de Québec
Le pont de Québec

Pont de Québec: un rachat du fédéral est la seule solution

Jean-François Néron
Jean-François Néron
Le Soleil
La recommandation faite au gouvernement fédéral de racheter le pont de Québec pour le restaurer est «la seule solution», soutient Régis Labeaume. De son côté, le président du Conseil du Trésor, Jean-Yves Duclos, estime que la destination est «de plus en plus claire».

Le maire et le ministre fédéral commentaient vendredi l’article publié le matin même dans le Journal de Québec. On y apprenait que le rachat par Ottawa du pont de Québec était la seule solution «viable», estime Yvon Charest, ex-grand patron de l’Industrielle Alliance, négociateur nommé il y a un an pour trouver la meilleure solution afin de pérenniser l’ouvrage, symbole de la Ville de Québec.

«C’est la seule solution. Yvon Charest a raison. C’est un bien patrimonial. Il faut que le fédéral achète le pont de Québec, a laissé tomber Régis Labeaume. 

Ça fait quinze ans qu’on en parle. Plus on tarde, plus ça coûte cher.»

Le maire de Québec Régis Labeaume

Selon le Journal de Québec, M. Charest privilégie dans son rapport un programme d’entretien de 784 millions $ sur 25 ans, qui inclut «des travaux d’acier proactifs, une peinture sélective de ses composantes critiques et un programme de peinture progressive de la structure», rapporte le quotidien. L’argent permettrait de peindre 80% de la surface totale du Pont. 

«La destination est de plus en plus claire. On parle de le restaurer de façon durable, de le valoriser», a commenté M. Duclos. Mais il semble y avoir encore beaucoup à faire au chapitre du partage des coûts de restauration.

«Nous sommes dans un contexte de négociations. On travaille avec l’entreprise privée (le CN) dont les considérations sont très différentes», laisse entendre le ministre. Du même souffle, il répète que le contrat de vente conclu dans les années 90 a permis au CN «de mal l’entretenir» avec la facture qui se présente aujourd’hui.

À Québec, le gouvernement Legault ne semble pas souhaiter mettre davantage que les 200 millions $ nécessaires pour la réfection du tablier du pont.