Les ouvriers devraient être à l’œuvre sur le pont de l’Île-d’Orléans dès mai et jusqu’à l’automne.

Pont de l’Île-d’Orléans: un «gros chantier» cet été

Mal en point, le pont de l’Île-d’Orléans subira «une grosse intervention» cet été pour qu’il demeure sécuritaire le temps qu’une nouvelle structure soit finalement construite afin de le remplacer.

«On gère une fin de vie», explique Bruno Beauregard, ingénieur, coordonnateur de projets majeurs au ministère des Transports du Québec (MTQ). Il est responsable de l’entretien du pont de l’Île-d’Orléans depuis une douzaine d’années. «C’est quand même une grosse intervention qu’on va faire. […] C’est un gros chantier qu’on prévoit cette année.»

Les ouvriers devraient être à l’œuvre dès mai jusqu’à l’automne… Eh oui, il y aura des limitations de circulation pour les insulaires ainsi que les visiteurs. «Pour cet été, c’est principalement des entraves de nuit.» 

Mais, dès le début du chantier, certains travaux d’envergure forceront la fermeture d’au moins une voie durant des périodes de plus de 24 heures. Voilà qui chamboulera les horaires des quelque 15 200 automobilistes qui l’utilisent quotidiennement au cours de la belle saison.

«C’est un pont vieillissant», souligne M. Beauregard. La structure a besoin de soins réguliers. Le dernier rapport d’inspection qui vient d’être rendu public pointe d’ailleurs certaines pièces abîmées, corrodées, perforées. Aussi les dalles de béton du tablier qui sont parfois «en piteux état».

L’ingénieur de l’État se veut néanmoins rassurant : «[Le pont] est toujours sécuritaire parce qu’on fait des travaux.» Des travaux qui visent à le garder debout jusqu’à l’arrivée de la relève.

D’ici 2027

Souvenons-nous que le gouvernement québécois a décidé dès 2010 de le remplacer. Mais il avait fallu attendre 2015 pour que le conseil des ministres autorise la planification du projet de construction. 

Peu après son arrivée au pouvoir l’automne dernier, le cabinet du ministre caquiste des Transports, François Bonnardel, affirmait que le pont neuf serait livré en 2024, tel que promis par les libéraux. Puis l’élu s’était rétracté, évoquant 2027 en jetant le blâme sur le précédent gouvernement qui aurait caché le retard.

M. Bonnardel a, par ailleurs, jumelé la construction d’un nouveau pont pour l’île au dossier d’un éventuel troisième lien qui reliera les deux rives du Saint-Laurent.

«L’actuel pont suspendu, d’une longueur de 1,7 km et construit en 1935, constitue l’unique lien routier entre l’île d’Orléans et la terre ferme», rappelle le MTQ dans son site Web. «Il joue un rôle stratégique pour l’économie de l’île, notamment pour les activités agricoles et touristiques.»

«Bien que l’emplacement exact du futur pont demeure à préciser, le Ministère préconise un raccordement […] à l’ouest du pont actuel [vers Québec], de manière à diminuer les interventions sur le réseau routier et dans l’environnement, mais également afin de conserver l’entrée de l’île au même endroit», poursuit le MTQ.

«Le pont actuel demeurera ouvert durant les travaux de construction, après quoi il sera retiré du réseau routier sous la responsabilité du Ministère, et ce, pour être démoli ou conservé et destiné à un nouvel usage.»

Depuis 2008, le MTQ affirme avoir investi plus de 13 millions $ dans l’entretien du pont de l’Île-d’Orléans. Les travaux de cette année sont évalués entre 1 et 5 millions $ — le ministère reste vague parce que le contrat n’est pas encore signé.