Plus de 10 centimètres, c’est justement ce qu’il faut pour que la Ville déclenche une opération déneigement... Les remorqueurs pourraient s’en donner à cœur joie de nouveau, d’ici la fin de semaine alors qu’on attend de 10 à 15 cm.

Plus de neige... plus de remorquages!

La neige abondante pèse lourd sur les toits, sur le budget de la Ville et sur les épaules des citoyens qui ne savent plus où lancer le contenu de leur pelle… Elle pèse aussi lourd sur les nerfs de près de 7100 automobilistes de Québec dont le bolide a été remorqué durant une opération de déneigement depuis le début de la saison, presque 2000 de plus qu’à la même date l’an passé.

«Le nombre de remorquages est habituellement proportionnel à la quantité d’opérations de déneigement», souligne à propos une des conseillères en communication de la Ville, Wendy Whittom. «Cette année, il y a eu 32 opérations déneigement comparativement à 26 l’an dernier, pour la même période.»

Résultat, exactement 7065 conducteurs de la cité se sont retrouvés devant un espace de stationnement vide, leur possession ayant été déplacée par les équipes de remorquage libérant le passage pour la machinerie. Des milliers de contribuables qui ont retrouvé leur précieux véhicule décoré d’un constat d’infraction totalisant 113 $.

Un an plus tôt, le compteur pointait à 5208.

Et il faudra sans doute réviser à la hausse le bilan mercredi matin, une autre nuit de déneigement ayant eu lieu dans certains arrondissements de la capitale. Puis le réviser une fois de plus à la fin de la semaine parce que des flocons supplémentaires s’en viennent!

Jusqu’à maintenant, il est tombé environ 294 centimètres de neige dans le secteur de l’aéroport Jean-Lesage, note le météorologue Alexandre Parent, d’Environnement et Changement climatique Canada. La moyenne annuelle tourne autour de 300 cm. «On pourrait franchir la marque d’une année moyenne ce jeudi! On peut s’attendre à 10 à 15 cm.»

Plus de 10 cm, c’est justement ce qu’il faut pour que la Ville déclenche une opération déneigement... Les remorqueurs pourraient s’en donner à cœur joie de nouveau! Rappelons donc la règle municipale pour les nombreux automobilistes qui ne l’ont pas encore assimilée : «Dorénavant, le stationnement est interdit de 22h à 7h [auparavant de 23h à 6h30] dans les rues munies de feux clignotants lorsqu’ils sont en fonction», lit-on sur le site Web de la Ville. Mais lorsqu’il n’y a pas de feux orangés clignotants, l’interdit débute une heure plus tôt.

Attention toutefois, il y a des variations d’un arrondissement à l’autre, d’un quartier à l’autre, parfois même d’une rue à l’autre.

Et si vous vous faites prendre quand même, faudra visiter le site Info-remorquage de la Ville pour savoir où est votre voiture. Ou composer le 3-1-1.

Les remorqueurs déplacent les véhicules en infraction «dans différents stationnements municipaux [par exemple : parc Victoria, stationnements de garages municipaux et d’arénas, etc.] ou dans une rue à proximité désignée pour cet usage», explique Wendy Whittom. «Les lieux sont tous accessibles en transport en commun.»

Légalement, vous avez trois jours pour récupérer votre auto. «Toutefois, lorsque le véhicule n’est pas nuisible, le véhicule peut être laissé en place jusqu’à quelques semaines», précise Mme Whittom. «Il y a une tolérance puisque souvent, les propriétaires des véhicules ont une incapacité que temporaire de récupérer leur véhicule [vacances, hospitalisation non prévue, etc.].»

La patience de la Ville a toutefois une limite. «[Après un certain temps], nous contactons la police, qui les fait remorquer à la fourrière municipale.»