Le 29 avril 2017 vers 23h, le suspect a d'abord abordé la victime et l'a embrassée dans l'abribus situé à l'intersection des rues Cartier et du boulevard René Lévesque Est.

«Plan B» au SRB: le maire Labeaume en quête d'un consensus

Le maire de Québec lance sa grande consultation sur la mobilité durable avant l'été. À la recherche d'un consensus, Régis Labeaume plaide déjà en faveur d'un réseau de transport en commun «robuste». Le temps presse, selon lui, pour profiter des subventions offertes par les gouvernements.
La Ville de Québec a dévoilé mardi après-midi les grandes étapes de la consultation qui s'amorce. «Aujourd'hui nous mettons définitivement derrière nous l'épisode du SRB (service rapide par bus) et nous repartons sur de nouvelles bases», a déclaré d'entrée de jeu Régis Labeaume, en conférence de presse à l'hôtel de ville. Celui-ci affirme vouloir travailler «avec les habitants de cette ville et non contre ceux-ci» pour trouver une solution aux problèmes de transport qui occupent les esprits.
Quatre séances de consultation publique seront tenues les 6, 7 et 10 juin. Tous les citoyens sont invités à s'exprimer. Le maire a annoncé qu'il sera lui-même dans la salle pour les écouter. Il dit être dans une «posture mentale d'accueil» et n'avoir aucune idée du résultat de la démarche qui s'enclenche. 
M. Labeaume ne se gêne toutefois pas pour dire qu'il faut minimalement s'entendre sur des façons d'améliorer le transport en commun à Québec. Car il y a une «conjoncture politique», a-t-il signalé, rappelant que des programmes d'infrastructures pour le transport collectif de plusieurs milliards de dollars sont disponibles.
«Si une partie de cet argent ne vient pas à Québec, elle ira ailleurs», notamment à Montréal, a martelé le maire. Seule, la Ville de Québec n'aura pas les moyens d'investissements aussi lourds, a-t-il ajouté. 
Un questionnaire sera également disponible en ligne tout l'été. Le 26 août, des mémoires pourront être déposés au comité consultatif qui vient d'être créé, lequel rassemble des représentants de la Ville et des membres externes. 
En septembre, le Réseau de transport de la Capitale (RTC) fera une tournée pour présenter sa vision du prochain réseau de transport en commun. Ce plan, qui était déjà en préparation sur la base du tracé du SRB, s'appuie non plus sur la desserte d'un maximum de lieux, mais sur la «valeur du temps», soit la façon de se rendre plus rapidement à un lieu. 
Un sommet international sur la mobilité durable est programmé pour les 12 et 13 septembre. Un bilan provisoire du comité consultatif est attendu pour le 15 septembre. Ensuite, ce sera la pause électorale en vue du scrutin du 5 novembre. 
S'il est réélu, M. Labeaume promet de revenir avec un projet concret, «financé et prêt à construire», dans les quatre ans. Il se dit par ailleurs conscient que des campagnes pourraient s'organiser pour appuyer une vision ou une autre du transport à Québec. Il s'en est moqué, réinvitant ses partisans comme ses détracteurs à participer aux consultations, mais a néanmoins prévenu que des moyens informatiques existent pour déjouer les tentatives de noyautage. «Disons qu'on va pondérer les valeurs», a-t-il soufflé. 
Sur l'incontournable dossier du troisième lien, le maire s'est montré pragmatique. Il attend du ministère des Transports des simulations pour comprendre les conséquences de l'ajout d'un pont ou d'un tunnel, dans l'est comme dans l'ouest. «Nous appuierons le projet de troisième lien que si nous sommes convaincus de ses effets positifs sur la circulation pour nos concitoyens», a-t-il prévenu. 
Avec Valérie Gaudreau
Mobilité: des visages connus au comité consultatif
Écolos, pro-tramway, gens d'affaires : le nouveau comité consultatif compte des visages connus dans la région, dont plusieurs ont une opinion claire sur la mobilité. Qu'ils promettent d'exprimer sans gêne.
«On va s'assurer de faire partie de cette étude. C'est impensable l'impact sur nos parcs. On a une problématique de main-d'oeuvre, qui se dédouble par une problématique de mobilité», a dit Pierre Dolbec, président de la Corporation des parcs industriels de Québec.
Un autre membre externe du comité qui analysera le fruit des consultations chapeautées par l'Institut du Nouveau Monde est Étienne Grandmont, directeur général d'Accès Transports viables et ouvertement critique du tracé et de la technologie privilégiés pour le défunt Service rapide par bus (SRB).
«Évidemment qu'on aura la possibilité de faire avancer certains arguments, amener certains faits, certaines données», a-t-il dit, tout en soulignant du même souffle «travailler pour le bien commun» et non dans l'intérêt de son organisme.
Affirmation semblable du directeur du Conseil régional de l'environnement, Alexandre Turgeon, qui s'est souvent dit partisan du tramway.
Utiliser les voies ferrées
L'architecte et designer Érick Rivard a pour sa part déjà plaidé pour l'utilisation des voies ferrées déjà existantes pour un système de transport collectif par train.
Le géographe et urbaniste Serge Filion et la professeure titulaire à Polytechnique Montréal, Catherine Morency, complètent le comité. Cette dernière a mené des études sur le transport pour Transport Canada, le ministère des Transports ou encore l'Agence métropolitaine de transport.
Outre ces membres externes, le comité présidé par le maire Régis Labeaume sera aussi composé des élus Julie Lemieux, Jonatan Julien et du président du Réseau de transport de la Capitale (RTC), Rémy Normand. Deux représentants de la Ville de Québec, le directeur général André Legault et Johanne St-Cyr, siégeront aussi au comité consultatif avec le directeur général du RTC, Alain Mercier, et la directrice de la planification stratégique, Annie Bélanger.
Valérie Gaudreau avec Annie Morin
Consultations publiques
Mardi 6 juin, 15h, centre sportif Marc-Simoneau 
Mercredi 7 juin, 19h, Club social Victoria
Samedi 10 juin, 9h, Centre communautaire Michel-Labadie 
Samedi 10 juin, 14h, Bureau d'arrondissement de Sainte-Foy-Sillery-Cap-Rouge
Dès le 6 juin : questionnaire en ligne au ville.quebec.qc.ca/mobilitedurable