La place de Paris accueillera entre autres un marché public saisonnier, dans le but d'en faire une place publique attrayante et conviviale.

Place de Paris transformée

Marché public saisonnier, transformation de la passerelle reliant la place de Paris et la batterie Royale en œuvre artistique, grand espace vert, éclairage «festif»… La Ville de Québec veut faire de la place de Paris «une place publique attrayante et conviviale», selon l’appel d’offres qu’elle vient de publier.

La place de Paris est située le long de la rue Dalhousie, entre la rue du Marché-Finlay et la batterie Royale, dans le Vieux-Québec. Dans son appel d’offres pour des services professionnels en architecture du paysage et en ingénierie, la Ville rappelle que l’endroit a déjà accueilli un marché entre le milieu du 19e siècle et le début du 20e siècle, comme en témoignent les fouilles archéologiques menées dans les années 80. 

Une partie de la place a par la suite servi de marché aux fleurs jusqu’en 1957, puis le site a été transformé en stationnement public et pris le nom de «place de Paris» en 1987 en l’honneur de l’œuvre donnée à Québec par la Ville de Paris. La sculpture d’art intitulée Dialogue avec l’histoire a dû être démantelée en 2015 pour des raisons de sécurité.

Pour la Ville, l’endroit, à la fois porte d’entrée et porte de sortie du Vieux-Québec, est «stratégique», particulièrement depuis le récent aménagement de la place des Canotiers, qui «apporte beaucoup de visibilité à la place de Paris». 

Actuellement, une grande partie du site est toujours utilisée par un stationnement. Ce que propose la Ville de Québec, c’est un aménagement comportant notamment des aires pavées, une grande aire gazonnée, des arbres et des arbustes, des bancs et du mobilier urbain amovible. 

Un marché public saisonnier, qui se veut en fait un marché satellite du Grand marché prévu l’an prochain sur le site d’Expocité, sera aménagé sur les aires pavées de mai à octobre. Un concept d’éclairage «sécuritaire et d’ambiance festive» devra être développé par le fournisseur, précise la Ville.

Passerelle réaménagée

La passerelle reliant la place de Paris et la batterie Royale sera quant à elle réaménagée selon une approche artistique. «Cette nouvelle passerelle comportera une œuvre d’art ou sera elle-même une œuvre artistique», entrevoit la Ville. La proposition finale de l’artiste sera connue à l’automne. «Le fournisseur devra collaborer avec l’artiste de façon à ce que l’œuvre soit intégrée le mieux possible aux futurs aménagements», exige-t-on.

Un volet interprétatif lié à l’histoire du lieu devra également être intégré au concept d’aménagement. Ce volet pourrait comprendre les vestiges archéologiques trouvés jusqu’à maintenant, soit les vestiges du Marché Finlay et les différents quais qui ont marqué l’évolution de la place de Paris, propose la Ville de Québec.

Comme le site est un site archéologique «important et reconnu» au ministère de la Culture, le fournisseur devra tenir compte des vestiges existants à conserver et à protéger. Lors du chantier, un archéologue mandaté par la Ville sera présent à temps plein au moment des excavations. 

Le fournisseur devra du reste être conscient que le site est situé en «zone inondable de grand courant», «ce qui impose des contraintes importantes à l’aménagement», mentionne encore la Ville, qui estime à 3 millions $ le montant du contrat, dont l’adjudication est prévue vers la fin d’août.

L’appel d’offres pour les travaux devrait quant à lui être lancé en avril 2019. La Ville s’attend à ce les travaux de réaménagement de la place de Paris soient complétés pour juin 2020.