La Place de Paris, voisine de Place-Royale dans le Vieux-Québec, peut maintenant accueillir les visiteurs après avoir subi une cure de transformation de 4 millions $.
La Place de Paris, voisine de Place-Royale dans le Vieux-Québec, peut maintenant accueillir les visiteurs après avoir subi une cure de transformation de 4 millions $.

Place de Paris inaugurée

Jean-François Néron
Jean-François Néron
Le Soleil
La Place de Paris, voisine de Place-Royale dans le Vieux-Québec, peut maintenant accueillir les visiteurs après avoir subi une cure de transformation de 4 millions $.

Les installations de l’espace de 2500 mètres carrés ont été inaugurées le mardi 14 juillet, jour de la Fête nationale des Français. 

«Les nouveaux aménagements font référence aux caractéristiques naturelles et historiques des lieux, a déclaré Mme Marie-Josée Savard, vice-présidente du comité exécutif responsable de l’aménagement du territoire et de l’urbanisme. 

Le lieu est agrémenté d’arbres, de plantes, d’arbustes et d’une grande aire gazonnée évoquant la berge d’autrefois. Les motifs d’ondulation créés par les pierres du pavé rappellent le mouvement des marées fluctuantes. De longs bancs de bois sont disposés exactement aux endroits où les vestiges des anciens quais de 1785, 1818 et 1837 ont été retrouvés lors des fouilles archéologiques», a-t-elle expliqué lors de l’inauguration.

Régis Labeaume lors de l'inauguration de Place de Paris 

Oeuvre d’art-passerelle

Les passionnés d’histoire pourront en apprendre davantage sur le lieu grâce aux panneaux d’interprétation installés à l’entrée de la place, face à la rue Dalhousie. Le tout sera complété par une œuvre d’art-passerelle qui servira de lien piétonnier entre la place et la batterie royale. 

Au fil du temps, cette place a connu de nombreuses transformations. Au 17e siècle, c’était la porte d’entrée du continent constituée d’une plage naturelle, aujourd’hui remblayée. Les marchands y débarquaient. En 1957, le lieu devenait un stationnement public avant de devenir officiellement Place de Paris en 1988.

Son réaménagement a été rendu possible grâce à un soutien financier de près de 4 millions $ provenant du gouvernement du Québec et de la Ville de Québec dans le cadre d’une entente de développement culturel.