Propriétaire et créateur de Vice & Vertu, Franck Sergerie souhaitait depuis le lancement de son entreprise pouvoir montrer ses installations, mais aussi faire déguster son gin sur place.

Place à la dégustation dans les distilleries

Dès samedi, les amateurs de gin pourront se rendre à la distillerie Vice & Vertu pour non seulement visiter les installations de ces producteurs locaux, mais aussi pour goûter leurs différents produits.

Cela a été rendu possible à la suite d’une entente conclue il y a environ une semaine entre le gouvernement du Québec et la Société des alcools du Québec (SAQ).

Une initiative qui réjouit le propriétaire et créateur de Vice & Vertu, Franck Sergerie, qui souhaitait depuis le lancement de son entreprise pouvoir non seulement montrer ses installations, mais aussi faire déguster son gin sur place. 

«Au départ, quand j’ai créé mon entreprise, je voulais, en plus de faire une distillerie, la partager avec les gens. Je veux qu’ils voient comment les produits sont faits, les équipements, qu’ils participent à la distillerie», a ajouté M. Sergerie. 

Bien que la rapidité avec laquelle la loi a été adoptée les ait un peu pris au dépourvu, Franck Sergerie et ses collègues sont prêts à desservir autant les clients qui passeront les portes de Vice & Vertu, que celles de la SAQ.

Un long processus

Cette entente avec la Société des alcools du Québec s’est heurté à bien obstacles au fil des années. Les précédents gouvernements n’avaient pas réussi à convaincre la SAQ de délaisser un peu son monopole pour favoriser les producteurs locaux. 

Malgré tout, Franck Sergerie maintient que tout le monde a mis de l’eau dans son vin durant le processus, ce qui a permis de proposer une entente satisfaisant les deux partis. Il salue d’ailleurs l’ouverture de la SAQ dans ce dossier. 

Dans cette entente, la distillerie a la permission de vendre ses produits sur place, mais elle doit respecter certaines conditions.

«Les règles sont qu’on va vendre au même prix qu’à la SAQ. On ne peut pas vendre moins cher et trimestriellement on va leur soumettre des chiffres de ventes pour payer les droits qu’on a sur chaque bouteille vendue à la distillerie», explique Franck Sergerie. 

Offrir toujours mieux

Bien que son entreprise soit spécialisée dans la production du gin, Franck Sergerie à de grandes ambitions. Il souhaite offrir une plus grande diversité de produits à ses clients. Il planche actuellement sur quelques idées de produits, qui pourraient se retrouver en vente dans les prochains mois. 

«On a un deuxième gin qui est déjà prêt et approuvé par la SAQ. Il ne reste qu’à attendre de recevoir le matériel nécessaire de la part de nos fournisseurs pour commencer la production. […] On a un troisième produit, dont je ne vais pas préciser la nature qui devrait être en vente dès l’automne, tandis qu’on a un quatrième produit qui sera un gin vieilli, qui est en barrique et qu’on souhaite vendre d’ici le temps des fêtes», ajoute-t-il. 

Les clients pourront dès samedi visiter cette distillerie discrètement située à Saint-Augustin-de-Desmaures. 

M. Sergerie promet de faire découvrir à ses clients un tout autre environnement que ne le laisse présager le lieu à l’apparence modeste de l’extérieur. La salle de dégustation est située dans une pièce aux lumières tamisées.

Les installations sont quant à elles bien mises en évidence grâce à de grandes fenêtres permettant de voir les différentes étapes dans la production de la boisson alcoolisée.