Phase 1 du projet du sentier de la falaise: pas avant 2021

La première phase du projet du sentier de la falaise, qui reliera la côte de Sillery au domaine Cataraqui, ne sera complétée qu’à la fin de l’année 2021, soit un an plus tard que prévu. Au sentier piétonnier de 1,8 kilomètre s’ajouteront un escalier en bois, une piste multifonctionnelle et deux belvédères permettant des vues sur le fleuve. Un projet évalué à 3 millions $.

La Ville de Québec a lancé mercredi un appel d’offres pour des services professionnels en architecture du paysage et en ingénierie. La firme retenue sera chargée de la conception et de la surveillance des travaux du sentier de la falaise, dont la fin est prévue pour le 30 novembre 2021, selon le calendrier figurant sur l’appel d’offres.

En avril 2018, l’ex-ministre responsable de la Capitale-Nationale, Sébastien Proulx, avait octroyé une aide financière de 3 millions $ à la Ville de Québec pour réaliser la première phase du sentier. Les travaux de cette première phase devaient être complétés pour 2020, avait-on dit en conférence de presse. La Ville n’était pas en mesure de nous expliquer mercredi la raison du retard dans l’échéancier prévu.

Le sentier de 1,8 kilomètre traversera les anciens domaines Sous les bois, Benmore et Cataraqui. «À ce sentier s’ajouteront deux liens : un escalier en bois situé dans la falaise boisée [et qui reliera le domaine Cataraqui et le chemin du Foulon] et une piste multifonctionnelle distincte du sentier aménagée entre le chemin Saint-Louis et la côte de Sillery. Cette dernière passera sur l’ancienne propriété des religieuses de Jésus-Marie», précise-t-on dans l’appel d’offres.

Parcours total de 4,7 km

Cette première phase s’inscrit dans un projet qui comprendrait éventuellement un parcours totalisant 4,7 kilomètres entre l’avenue du Parc-Beauvoir et le parc du Bois-de-Coulonge et dont le coût et l’échéancier restent encore à déterminer. 

Dans son devis technique, la Ville explique que «ce sentier devra permettre d’établir des liens privilégiés entre le haut et le bas de la falaise et mettre en valeur divers sites patrimoniaux de l’arrondissement historique, dont le domaine Cataraqui, le parc du Bois-de-Coulonge, le cimetière Saint-Patrick et l’église Saint-Michel».

Panneaux d’interprétation, mobilier, «placettes de détente» et structures pour les enfants sont également prévus. Comme le site présente un potentiel archéologique (paléohistorique et anciens bâtiments), le fournisseur de services devra en tenir compte lors de l’élaboration des plans et lors de la surveillance des travaux d’excavation, mentionne-t-on dans les documents de l’appel d’offres. 

La Ville précise par ailleurs que le tracé du sentier doit être validé «en considérant les contraintes techniques». «En cours de mandat, des modifications au tracé sont possibles en lien avec les résultats de négociations, d’autorisations et droits de passage toujours en cours», indique-t-on.

«Bien que le concept préliminaire ait été présenté pour avis à la Commission d’urbanisme et de conservation du Québec (CUCQ) et à la Commission de la capitale nationale du Québec, et que leurs préoccupations soient connues, d’autres présentations à la CUCQ pourraient entraîner des modifications au concept, matériaux ou éléments de design», écrit encore la Ville.