Paul Shoiry avait convié les médias mardi matin devant la bibliothèque Charles H. Blais de la rue Maguire, anciennement l'hôtel de ville de Sillery, son point de ralliement pendant ses nombreuses années de politique municipale.

Paul Shoiry quitte la politique... municipale

Le conseiller municipal indépendant de Québec et ex-maire de Sillery, Paul Shoiry, ne sera pas candidat au scrutin de novembre. Il se retire pour se consacrer à des projets personnels, mais se montre ouvert à un saut en politique provinciale ou fédérale.
M. Shoiry a fait part de sa décision à deux mois des élections municipales. Il a convié les médias mardi matin devant la bibliothèque Charles H. Blais de la rue Maguire, anciennement l'hôtel de ville de Sillery, son point de ralliement pendant ses nombreuses années de politique municipale.
L'élu sortant, qui était en réflexion sur son avenir depuis des mois, a expliqué avoir hésité jusqu'à la dernière seconde, encouragé par les bons mots de ses commettants et convaincu de pouvoir l'emporter son district encore une fois. 
Malgré la «passion» qui était encore présente, M. Shoiry, 61 ans, a finalement choisi «d'aller vers d'autres projets» auxquels il songeait depuis longtemps, mais qu'il n'a pas détaillé outre mesure. Il a parlé de l'entreprise privée, du secteur public, mais aussi évoqué la possibilité de briguer les suffrages au provincial ou au fédéral. 
«Je n'exclus rien. Je ne veux rien exclure. C'est pas dans mes priorités, c'est pas dans mes choix. Je ne vise pas nécessairement à devenir député provincial ou fédéral, mais j'aime travailler avec les gens, j'aime représenter les gens, j'aime influencer, j'aime changer les choses. Alors dans ma réflexion des derniers mois, j'ai écrit ça sur ma liste et on verra. Peut-être que ça présentera et peut-être que non», a-t-il répondu quand l'inévitable question lui a été posée. 
Le climat actuel à l'hôtel de ville et l'issue des prochaines élections n'ont pas influencé le choix du conseiller municipal, assure-t-il. «Le ton a été très dur dans les trois premières années du mandat, de novembre 2013 à décembre 2016, mais on sent aujourd'hui qu'il y a une campagne électorale, le ton s'est adouci [...] Pour moi, ça fait partie de la vie politique, ça fait partie des joueurs, il faut vivre avec.»
M. Shoiry assure qu'il n'a pas retardé l'annonce de son retrait de la politique municipale pour des questions de stratégie électorale, mais demeure néanmoins combatif. «S'il y en a qui pensent que je ne pensais pas faire bonne campagne et que mes chances d'êtres élues n'étaient pas bonnes, j'aimerais les rassurer : je sentais un appui encore plus fort aujourd'hui qu'en 2013», a lancé le politicien. 
Celui-ci n'appuiera aucun candidat en vue du prochain scrutin. Il a d'ailleurs tenu à dire qu'il n'avait jamais vraiment considéré la possibilité de se présenter avec Québec 21 même s'il a eu plusieurs discussions avec son chef Jean-François Gosselin. 
Le maire Régis Labeaume s'est dit surpris par l'annonce et a souhaité «bonne chance» à son ancien vis-à-vis. «Je suis certain qu'on va le revoir en politique, je suis convaincu. Ça fait longtemps qu'il rêve de se présenter au fédéral et au provincial», a-t-il commenté, refusant de revenir sur leur relation. 
La chef de l'opposition officielle, Anne Guérette, s'est limitée à un commentaire poli sur Twitter. «Je salue M. Shoiry pour toutes les années qu'il a consacrées au service de la population, particulièrement aux gens de Sillery», a-t-elle écrit, ne souhaitant pas parler aux journalistes en cette journée où elle a dû limoger son candidat dans Vanier.
En quelques dates
1990 Élu conseiller municipal à Sillery
1994 Élu maire à Sillery
2001 Élu conseiller municipal du district de Saint-Louis-Sillery après les fusions municipales
2004 Milite pour la défusion de Sillery
2004-2005 Chef de l'opposition officielle à l'hôtel de ville pour l'Action civique de Québec
2009 Pause politique après le décès de son épouse
2013 Élu conseiller municipal du district de Saint-Louis-Sillery
2013-2016 Chef de l'opposition officielle à l'hôtel de ville pour Démocratie Québec
Mai 2017 Quitte Démocratie Québec pour divergence de vue avec sa chef Anne Guérette