Le chef de Québec 21, Jean-François Gosselin, et le conseiller du district de la Chute-Montmorency–Seigneurial, Stevens Mélançon, entourent Patrick Paquet à la suite de sa victoire.

Patrick Paquet de Québec 21 élu dans Neufchâtel-Lebourgneuf

Le candidat de Québec 21, Patrick Paquet, a remporté l’élection partielle dans Neufchâtel-Lebourgneuf avec 49,26 % des voix et une avance de 125 votes face à sa rivale d’Équipe Labeaume, Dominique Turgeon. Il demande maintenant au maire de respecter ses promesses. «Le maire a perdu, c’est moi qui ai gagné, j’espère que c’est clair», a-t-il lancé.

Heureux et ému, le nouveau conseiller municipal a remercié sa famille, ses bénévoles et ses citoyens de l’avoir porté au pouvoir. Selon lui, il a été élu parce qu’il a été à l’écoute des citoyens et qu’il connaît leurs besoins. «Ils [Équipe Labeaume] ont toujours été à la remorque [dans les promesses]. Je pense que ça a fait une différence dans cette campagne-là», a souligné M. Paquet, content d’avoir battu la machine. 

«De faire 50 %, c’est un message clair que la population lance : “On veut plus de respect à l’hôtel de ville, on veut discuter des dossiers, on veut que le maire consulte la population quand il y a un dossier majeur et qu’il veut l’argent des contribuables”», a-t-il soutenu. 

Selon M. Paquet, le maire n’aura pas le choix de les écouter, parce qu’il a fait des promesses pendant la campagne électorale. «C’est le maire de la ville de Québec, le maire de tous les citoyens. Il a promis qu’il allait descendre les heures sur la voie réservée du boulevard Lebourgneuf. Il a promis un centre communautaire Charles-Auguste-Savard», a-t-il mentionné.

«Il doit les tenir, il est dans l’obligation de les tenir, et s’il ne les tient pas, je peux vous promettre que je vais lui rappeler et on ne le lâchera pas. S’il faut monter des autobus au conseil de ville pour lui rappeler les promesses qu’il a faites aux citoyens, on va le faire», a-t-il poursuivi.

Labeaume prend le blâme

Pour Régis Labeaume, ce résultat est un vote de «protestation», mais il ne se sent pas pour autant déconnecté de la population. «J’assume personnellement cette défaite. Il y a visiblement des engagements qu’on a pris avec lesquels les gens n’étaient pas d’accord», a-t-il expliqué, sans pour autant promettre qu’il allait tenir les engagements pris durant la campagne.

Selon M. Paquet, les gens l’ont choisi parce qu’ils reprochent au maire un manque dans les services de proximité et à la congestion. «Un conseiller municipal, c’est vraiment le service de proximité. De dire un vote de protestation, tant mieux, s’il le voit comme ça, ça va peut-être faire changer son attitude à l’hôtel de ville. Nous, on a l’intention de collaborer. Si le maire collabore, c’est le citoyen qui est gagnant là-dedans», a rétorqué M. Paquet.

Dominique Turgeon, qui en était à sa première expérience politique, a remercié le maire Labeaume de l’avoir pris dans son équipe. «J’adore cet homme-là. C’est un homme qui a sa ville à cœur. J’ai toujours trouvé qu’il nous a mis sur la map depuis le 400e

Pour Jean-François Gosselin, cette victoire va changer la dynamique au conseil municipal, avec maintenant trois élus de Québec 21, deux indépendants et un conseiller municipal de Démocratie Québec. «Lorsque nous serons d’accord avec les autres conseillers de l’opposition, nous allons travailler ensemble. C’est comme ça que nous aimons faire de la politique et nous allons le faire à chaque occasion que nous allons avoir, parce qu’en bout de ligne, nous mettons les besoins des citoyens au centre de notre action politique», a-t-il promis. 

Le chef de Québec 21 espère que ce résultat se répétera en 2021, comme ça été le cas pour la Coalition avenir Québec, lorsque Geneviève Guilbault avait gagné la partielle dans Louis-Hébert en 2017.