Le Marché du Vieux-Port pourrait attendre jusqu’à l’automne pour sa démolition.

Pas de démolition cet été pour le Marché du Vieux-Port

Le Marché du Vieux-Port pourrait attendre jusqu’à l’automne pour sa démolition. La Cour supérieure interdit à la Ville de Québec de toucher au bâtiment. Jeudi, la juge Lise Bergeron a rejeté la demande en irrecevabilité de la Ville, qui aurait mis fin aux procédures juridiques déclenchées par l’avocat François Marchand.

Me Marchand avait déposé une requête pour empêcher la démolition du bâtiment, et la Ville alléguait que l’avocat n’avait pas l’intérêt juridique de déposer sa requête, remettant en question la validité de son recours.

La juge interdit aussi la démolition du Marché jusqu’au 10 juillet, prochain rendez-vous des deux parties où une date d’audition sera fixée, probablement à l’automne. Lors de cette rencontre, Me Marchand suppose que l’avis de ne pas démolir sera prolongé jusqu’à cette date d’audition. 

L’avocat et citoyen du Vieux-Québec estime qu’il sera lésé par la démolition du marché permanent du Vieux-Port. Il réitère qu’il veut sauver le bâtiment pour y permettre la poursuite de ses activités. Pendant ce temps, la Ville ne peut poursuivre son projet de marché saisonnier sur le terrain du bâtiment.

«Le bâtiment est là, le terrain est là, il n’y a rien qui empêche la Ville de faire son marché. Mais elle veut démolir, et je m’oppose à ça. C’est quand même 70 petits commerces qui sont disparus. Ce sont des services de proximité qui sont bénéfiques pour le Vieux-Québec», commente Me Marchand.