La construction d'une palestre de 8,5 millions$ pour la gymnastique à Charlesbourg a été annoncée à deux reprises, notamment il y a plus de deux ans, en novembre 2012.

Palestre de gym: Labeaume presse les Premières-Seigneuries

L'administration Labeaume met de la pression sur la Commission scolaire des Premières-Seigneuries pour que le dossier d'une palestre de gymnastique à l'Arpidrome de Charlesbourg finisse par aboutir.
«Ils brettent», a lancé le maire de Québec Régis Labeaume lors de l'analyse détaillée du budget, vendredi.
La construction d'un tel équipement de 8,5 millions $ pour la gymnastique à Charlesbourg a été annoncée à deux reprises, notamment il y a plus de deux ans, en novembre 2012.
«Je l'ai annoncé deux fois, ce projet-là. Je suis en train de faire une Josée Verner de moi-même comme elle a fait avec le PEPS», a lancé Régis Labeaume dans une pointe à l'ancienne députée fédérale de la région.
Un imbroglio concernant l'échange de terrains perdure, au grand dam du maire et de la conseillère municipale du secteur, Michelle Morin-Doyle, qui s'est adressée aux commissaires scolaires récemment élus.
«J'ai un message à passer aux nouveaux élus: est-ce qu'on pourrait reprendre le dessus sur ce dossier-là?» a-t-elle demandé.
Une rencontre est prévue en janvier et les élus espèrent que le projet pourra prendre son envol.
Le conseiller responsable des sports à la Ville, Sylvain Légaré a pour sa part lancé un «cri du coeur» aux responsables de la commission scolaire pour que le projet débloque. Sans quoi, craint-il, la Ville pourrait perdre «une fenêtre d'opportunité», celle de commencer la construction au printemps. Une telle occasion a déjà été ratée au printemps dernier.
En avril, Le Soleil révélait en effet que la nouvelle palestre, dont les plans et les devis sont complétés, était reportée d'une année.
Pour une rare fois, l'opposition de Démocratie Québec s'est rangée du côté du maire. Disant aussi espérer que le dossier débloque, le chef Paul Shoiry a même proposé à M. Labeaume d'agir en tant que médiateur en cas de besoin.