Ordures: un «échec» depuis la privatisation, dit l'opposition

Alors que la Ville de Québec est toujours en train d'évaluer la collecte des ordures au centre-ville, l'opposition a qualifié «d'échec financier» la gestion des matières résiduelles depuis la privatisation de ce service. Les élus de Démocratie Québec évaluent que les économies promises se sont plutôt traduites par des dépenses de 12,2 millions $ de plus.
Dans ses calculs, le parti d'opposition inclut les millions en frais juridiques à la suite de la contestation de la privatisation par le syndicat des cols bleus. En 2012, la Ville a perdu en tribunal d'arbitrage et a dû payer 1,5 million $ «en raison du non-respect de la convention collective en vigueur», a notamment noté le chef de l'opposition, Paul Shoiry.
La Ville a versé 4 millions $ en compensation des griefs déposés par le même syndicat des employés manuels lors de la signature de la convention collective en mai 2014, a aussi relevé Démocratie Québec.
Questionné sur cette sortie de l'opposition, le maire Régis Labeaume n'était visiblement pas d'humeur à commenter. «L'opposition ne vous dira jamais que ça va bien. Nous, quand on se lève le matin, on tente de trouver comment économiser de l'argent», a-t-il répondu. 
Trop vouloir économiser
Dans le cas précis du cafouillage à la suite des nouvelles règles en vigueur dans les quartiers centraux, notamment l'usage de sacs de plastique et l'horaire de collecte de soir, l'administration Labeaume «a voulu trop en économiser», a de nouveau reconnu le maire lundi.
La séance du conseil municipal a d'ailleurs donné lieu à des échanges houleux sur les ratés ayant mené à une semaine de rebondissements et d'insatisfaction des citoyens. Les élus de Démocratie Québec accusent le maire et son équipe de ne pas avoir assez consulté et d'avoir accepté le projet controversé. Le maire a pour sa part rappelé que des trois conseillers de l'opposition, deux, Anne Guérette et Yvon Bussières, siègent au conseil d'arrondissement La Cité-Limoilou, l'instance qui a approuvé le nouveau plan de collecte en janvier.