Le cottage Ross connaîtra une nouvelle vie au 1142, chemin Sainte-Foy, au coin de l’avenue des Jésuites, dans le cadre du développement immobilier la Cité Verte.

Opération spectaculaire pour déménager le cottage Ross

Le cottage Ross, dernier vestige des grands domaines de la haute ville de Québec, a fait l’objet d’un déménagement de grande envergure, dans la nuit de jeudi à vendredi. Sauvée du pic des démolisseurs par la Ville, la maison historique du chemin Sainte-Foy connaîtra une nouvelle vie à la Cité Verte, à un jet de pierre de son emplacement original.

Le cottage Ross, dernier vestige des grands domaines de la haute ville de Québec, a fait l’objet d’un déménagement de grande envergure, dans la nuit de jeudi à vendredi. Sauvée du pic des démolisseurs par la Ville, la maison historique du chemin Sainte-Foy connaîtra une nouvelle vie à la Cité Verte, à un jet de pierre de son emplacement original.

Le cottage Ross est la dernière trace de la Holland Farm, une des vastes propriétés de la capitale acquise en 1885 par la famille Ross. Vingt-neuf ans plus tard, le clan avait fait construire cet immeuble empruntant au style Arts & Crafts pour loger son chauffeur, d’après les plans des architectes québécois Staveley et Staveley.

Au fil des décennies, le domaine a été morcelé. Le cottage s’est retrouvé de plus en plus à l’étroit entre l’hôpital Jeffery Hale et le complexe d’habitation Samuel-Holland. 

Son dernier propriétaire, le fonds immobilier Sobey’s Capital Incorporated, a offert de le céder gratuitement à la Ville de Québec pour mieux développer le terrain du 1244, chemin Sainte-Foy. Il a même payé pour le déménagement et les nouvelles fondations.  

De son côté, la Ville a acheté au rabais le terrain du 1142, chemin Sainte-Foy, situé au coin de l’avenue des Jésuites et faisant partie du développement immobilier la Cité Verte. Elle y installe le cottage Ross, qui sera restauré, et aménagera un jardin communautaire d’une superficie de 3000 mètres carrés. 

Les parcelles cultivables seront offertes en priorité aux résidents de la Cité verte jusqu’à un maximum de 50 % des espaces disponibles. Le reste sera offert aux citoyens des environs. Le site doit être prêt pour l’été 2018.  Avec Annie Morin