Le maire de Lévis a indiqué que les services policiers étaient présents lundi à l'entrée de tous les bâtiments municipaux afin de permettre aux employés qui le désiraient d'entrer, malgré le blocage des cols blancs.

Nouvelle journée de grève prévue à Lévis

Autre journée de paralysie à prévoir dans les services municipaux à Lévis le 26 novembre. Des avis de grève seront envoyés sous peu pour signaler que les syndiqués participeront à une journée de débrayage, en parallèle du Grand dérangement syndical organisé à la grandeur de la province.
Le 3 novembre dernier, les services municipaux avaient été paralysés par une grève de 24 heures des fonctionnaires municipaux lévisiens. Ceux-ci avaient bloqué l'accès à une trentaine d'édifices de la Ville, des bibliothèques aux arénas, en passant par l'hôtel de ville, les piscines et les garages municipaux. Conséquence: les cours et rencontres avaient été annulés partout à Lévis et une foule de services municipaux avaient été interrompus.
Selon les informations obtenues par Le Soleil, les Lévisiens pourraient avoir droit au même dérangement lors de la journée du 26 novembre, alors que les cols blancs reproduiront leur débrayage. Comme la dernière fois, des professionnels et des cols bleus pourraient refuser de franchir les piquets de grève et rester chez eux.
Les cols blancs sont en position de tenir une grève légale puisque leur convention collective est échue depuis 2008. Ils déplorent la lenteur des négociations avec la Ville.
La journée de grève coïncidera avec le Grand dérangement auquel la Coalition pour la libre négociation a convié les syndiqués municipaux du Québec, en protestation contre le projet de loi 3 sur les régimes de retraite. Celui-ci doit se tenir dans toutes les municipalités.