En plus des spectacles et des feux d’artifices du 31, les visiteurs pouvaient notamment faire un tour de grande roue.

Nouvel An à Québec: «on n’a jamais eu autant de monde»

Rue bondée, terrasses remplies, des milliers de fêtards pour le décompte de minuit : le Nouvel An sur la Grande Allée a été un succès, estime le grand manitou de la fête, André Verreault.

Le décompte de la foule à partir de photos aériennes permettra de connaître plus précisément l’affluence. Mais le directeur d’Action promotion Grande Allée, André Verreault, estime qu’il peut déjà crier victoire. 

«Je peux dire qu’on n’a jamais eu autant de monde que ça au Jour de l’An à Québec, dit-il. C’était fou raide. C’était plein partout. Les terrasses de la Grand Allée débordaient, dans la rue ça débordait.».

«Je n’évoquerai pas la perfection, ajoute-t-il. Mais mettons qu’on était pas loin.» 

Le 31 décembre, dès 20h, les fêtards étaient nombreux pour le spectacle de la Famille Painchaud au parc de la Francophonie, puis pour DJ Champion à l’Esplanade du Parlement, à 23h. La foule a atteint son apogée pour le grand décompte de minuit et les feux d’artifices sur les plaines d’Abraham. 

M. Verreault a eu l’occasion de parler avec plusieurs commerçants depuis le début 2019. Ceux-ci ont aussi remarqué que l’achalandage a été élevé non seulement le 31 décembre, mais dans les jours précédents. 

Les activités du Jour de l’An à Québec se déroulaient du 28 décembre au 1er janvier au coeur du centre-ville de Québec, autour de la Grand Allée. 

En plus des spectacles et des feux d’artifices du 31, les visiteurs pouvaient notamment glisser dans la grande glissade de la place George-V, faire un tour de grande roue, siroter un cocktail au bar de glace, prendre un chocolat chaud à côté des foyers et faire un tour de carrousel.

La popularité du 31 décembre sur la Grand Allée n’a pas souffert du party du jour de l’An d’Éric Lapointe au Centre Vidéotron ou de la fête du Nouvel an organisée à Limoilou, avec DJ et éclairage, à la Place limouloise. 

C’est là une preuve de plus que Québec est «capitale du jour de l’An» et qu’elle peut encore bonifier son offre, croit M. Verreault. «Il faut que la ville au complet bouge», dit-il. Les festivités autour de la Grande Allée «n’empêchent pas de faire des activités satellites en basse ville», où il pourrait aussi y avoir d’autres feux d’artifices, suggère-t-il. 

Lundi, Le Soleil rapportait que dans son appel de projets pour le temps des Fêtes de 2019, la Ville de Québec semble elle aussi vouloir faire de Québec la capitale du jour de l’An. Elle soutient vouloir «maintenir la tenue de ces grandes célébrations de fin d’année» et souhaite les voir devenir «une référence au Canada».