Néonazis: discrets mais bien présents dans la capitale

Ian Bussières
Ian Bussières
Le Soleil
Même s'ils sont plus discrets qu'il y a une vingtaine d'années, les skinheads néonazis sont toujours présents à Québec. Le groupe Dernier Guerrier, qui doit jouer samedi soir lors du concert néonazi prévu à Québec, est originaire de la capitale et lié à un groupuscule «white power» local.
Sur les photos de leur site Web et de leur page MySpace, les membres de Dernier Guerrier apparaissent les yeux voilés par une bande noire et sous des surnoms comme «The Criminal», «Terreur», «The Beast» et «Totenkopf». Des photos publiées sur Facebook permettent toutefois de les voir à visage découvert et de découvrir leur identité, notamment le chanteur prénommé Raymond et surnommé «Ray Junior» ou «The Criminal».
Le site Web présente aussi les paroles des chansons du groupe, qui ne laissent aucune ambiguïté quant à ses opinions racistes et antisémites. «Ce sont les juifs qui mènent avec leur argent. Réouvrons les camps de concentration. Faisons d'Israël une grande prison», déclarent-ils dans Accommodements raisonnables. «J'ai fait comme tout bon Blanc doit faire. J'ai battu ce nègre à coups de barre de fer. Mais, après tout, je n'ai aucun regret. Je suis un skinhead et ça, tu le sais», ajoutent-ils dans Enfermé.
Sainte-Foy Krew
Dernier Guerrier est associé de près à un groupuscule d'extrême droite de Québec nommé Sainte-Foy Krew, dont il présente même quelques modèles de tatouages par l'intermédiaire de la «boutique identitaire» présente sur sa page Web.
Cette organisation est à l'origine du fanzine suprémaciste blanc Coup de tête, publié en ligne via le site Web Pagantroop.org et distribué en version papier par les membres du Sainte-Foy Krew depuis quelques années. Ni Coup de tête ni Dernier Guerrier n'ont répondu aux demandes d'entrevue du Soleil.
Sainte-Foy Krew serait aussi à l'origine de l'organisation des FaShows, des spectacles pour initiés seulement qui ont lieu chaque année dans la région de Québec pour souligner l'anniversaire du décès du chanteur et leader néonazi Ian Stuart Donaldson.
Militaires
Selon plusieurs organismes de surveillance de l'extrême droite au Québec, le Sainte-Foy Krew compterait dans ses membres quelques militaires des Forces canadiennes basés à Valcartier. «Il y en a au moins un d'entre eux qui a dit avoir eu du trouble avec ses supérieurs dans l'armée en raison de son association avec des groupes d'extrême droite», explique Bruno (nom fictif), un militant antifasciste de Québec.
«La Sainte-Foy Krew est relativement nombreuse [...] Elle est probablement la plus grosse bande de néonazis active à Québec. Beaucoup de membres de cette Krew sont dans l'armée à la base de Valcartier. Plusieurs [...] sont impliqués dans toutes sortes de projets : le Parti indépendantiste, la Légion nationale, la Fédération des Québécois de souche. Les groupes Dernier Guerrier et Prison Bound sont les groupes phares de la Krew», ajoute un porte-parole de l'organisme Anti Fascist Action Montréal dans un échange de courriels avec Le Soleil.
Du côté des Forces canadiennes, la capitaine Élizabeth Tremblay-Lewicki, officier des affaires publiques de la Garnison Valcartier, a toutefois déclaré au Soleil ne pas avoir entendu parler que des militaires seraient membres d'organisations racistes. «Je n'ai jamais été mise au courant de ça», a-t-elle affirmé lorsque mise au courant de ces allégations.