Municipal express

LA VILLE TRANSFORME DES PRÊTS EN SUBVENTIONS

La magie de Noël transforme des prêts de 1,1 million $ en subvention pour des organismes communautaires de Québec. La Ville a annoncé la conversion de quatre prêts octroyés entre 2005 et 2012 aux Entreprises de Cœur (200 000 $), le Centre de l’environnement (700 000 $), MIELS-Québec (90 000 $) et Entraide Agapè (125 000 $). Ces sommes proviennent du fonds immobilier communautaire. À l’origine, ces prêts remboursables sur 30 ans, sans remboursement pendant les 15 premières années, devaient servir pour l’acquisition, la rénovation ou la mise à niveau d’immeubles. «On s’est rendu compte que ça exerce une pression énorme sur le budget des organismes et qu’ils ne pouvaient pas nous rembourser. On a décidé de remettre les compteurs à zéro. Dorénavant, l’argent du fonds sera remis sous forme de subventions», explique le maire Régis Labeaume. Pour le responsable d’Entraide Agapè, Daniel Régimbal, l’argent a permis de redonner de la «dignité aux bénéficiaires» qui peuvent maintenant recevoir des services dans un bâtiment rénové. Pour le maire, les Villes ont de plus en plus l’obligation d’apporter une aide financière concrète aux organismes communautaires, perçus comme des partenaires dans la prestation de service à la population. La Ville réserve 250 000 $ par an dans son plan triennal d’immobilisations pour renflouer le fonds immobilier communautaire. Jean-François Néron

Retour graduel du service du STAC

Le virus informatique qui frappe le système de réservation du Service de transport adapté de la capitale (STAC) devrait être chose du passé mardi. Le président du Réseau de transport de la Capitale, Rémy Normand, explique que les équipes qui travaillent «nuit et jour» depuis lundi pour rétablir le système commencent à récolter les fruits de leur labeur. «On parle d’un déploiement graduel d’ici le samedi 15 décembre pour éprouver la robustesse du système», souligne-t-il. Le retour aux opérations régulières est prévu lundi. Cependant, les personnes qui vivent avec des troubles cognitifs devront attendre à mardi pour faire appel au service. M. Normand explique cette décision pour assurer la sécurité de sa clientèle plus vulnérable. Du même souffle, il mentionne que la priorité est au rétablissement du service et que la question d’un éventuel dédommagement n’a pas encore été abordée. Pour l’heure, les utilisateurs du STAC peuvent réserver par téléphone à des fins médicales, de travail ou d’études seulement. Les deux numéros de téléphone à retenir sont le 418-687-2641 #0 ou le 418-627-2511 #1

***

LA FACTURE DU G7 VENTILÉE

Le maire de Québec a confiance qu’Ottawa remboursera la facture de 8,48 millions de dollars de la Ville en lien avec les frais encourus pendant la présentation du G7 les 8 et 9 juin. Régis Labeaume a donné plus de détails vendredi sur la ventilation des coûts pendant l’événement. Des 8,48 millions $, 5,6 millions $ représentent les salaires versés, principalement aux policiers et pompiers. À elle seule, la participation du service de police s’élève à 6,2 millions $, en tenant compte de l’achat d’équipements, tandis qu’il a fallu débourser 1,2 million $ pour le service des incendies. Selon le programme de remboursement mis en place par le fédéral, la grande part des dépenses est remboursable à 100%. La Ville devra quand même débourser 350 000 $ pour payer la moitié de certains équipements dont elle se servira à d’autres fins que le G7, comme du matériel informatique.

***

ASSERMENTATION DEVANCÉE

Québec 21 a procédé en catastrophe vendredi à l’assermentation de son conseiller Patrick Paquet, fraîchement élu dans le district Neufchâtel-Lebourgneuf. Ce changement de dernière minute a été rendu nécessaire après l’annonce du maire Régis Labeaume, sans consultation, qu’il y aurait de nouveaux comités pléniers lundi, jour initialement prévu pour l’assermentation. La situation a déplu à Québec21 qui voyait ainsi son programme bouleversé, d’autant plus qu’il y a conseil municipal lundi soir. Ah, la politique!

***

100 M$ EN LITIGES 

La Ville de Québec a pour quelque 100 millions $ en litiges devant les tribunaux. C’est ce qu’a confirmé vendredi le directeur des affaires juridiques, Serge Giasson, en marge d’une présentation devant les élus. Parmi les principaux dossiers, il y a le conflit sur les quotes-parts d’agglomération qui pourrait obliger la Ville à rembourser plus de 40 millions $ à ses voisines, L’Ancienne-Lorette et Saint-Augustin-de-Desmaures. Québec a d’ailleurs interjeté appel d’un premier jugement défavorable. Un autre conflit judiciaire est toujours en cours avec le propriétaire de Saint-Cœur-de-Marie sur Grande Allée et la Ville fait encore face à un recours collectif de citoyens dans le dossier des inondations de 2005 à L’Ancienne-Lorette. La somme représente un montant évidemment important, mais pour des causes qui traînent jusqu’à plus de 10 ans. Me Giasson souligne que la Ville a provisionné cette somme comme l’exige la loi.