Pour une 20e année, une soixantaine de jeunes partiront samedi à vélo avec Luc Richer de l’organisme Motivaction Jeunesse en direction du parc Forillon, en Gaspésie.

Motivaction Jeunesse: 20 ans de dépassement avec le Challenge de l'espoir

Pour une 20e année, une soixantaine de jeunes partiront samedi à vélo avec Luc Richer de l’organisme Motivaction Jeunesse. Direction le parc Forillon, en Gaspésie. Une randonnée de 600 km répartis sur huit jours axée sur la découverte et le dépassement.

«Le Challenge a beaucoup évolué depuis la première année, où j’étais parti à vélo avec 10 jeunes de la rue pour un périple de 14 jours et 1000 km vers le Rocher Percé sans trop de préparation», explique Luc Richer, qui avoue qu’il était lui aussi à l’époque «un bohème en quête d’un monde meilleur». 

Aux dires de M. Richer, le premier Challenge de l’espoir s’était fait dans «un panel tout croche» et sans réserver aucun terrain de camping. Samedi, les jeunes partiront encadrés par des professionnels : infirmiers, psychologues, cuisiniers et un camion de cuisine. 

Luc Richer et une partie de ses protégés s’entraînaient mercredi dans la côte Gilmour afin de simuler l’impact des fameuses côtes de la Gaspésie pour que les participants soient prêts à y faire face.

Immigrants et réfugiés

L’organisateur du Challenge doit également avouer que sa clientèle a également beaucoup changé. «Maintenant, les deux tiers des participants sont des immigrants, essentiellement des réfugiés. L’autre tiers est composé de jeunes fréquentant les écoles de milieux défavorisés», explique-t-il.

«Ils vont découvrir le Québec à travers une expérience pas facile qui ressemble beaucoup à leur parcours d’immigration, tout ça dans un véritable melting pot interculturel. L’objectif demeure cependant le même, soit que les jeunes se découvrent à travers un défi.»

Façon d’avoir du plaisir sainement pour les uns, première victoire de leur vie pour les autres ou alors exercice d’estime de soi ou de confiance en soi, les jeunes participants retireront tous quelque chose de cette expérience.

Nouvelles cultures

Gina Ortiz, une Colombienne de 21 ans installée au Québec depuis 10 ans, voyait entre autres cette randonnée comme une immersion dans de nouvelles cultures. «On apprend à connaître de nouvelles personnes et leur culture, on apprend à gérer nos émotions. On devient une famille : on remarque que même si on a beaucoup de différences, on a tout de même beaucoup en commun!»

Antonia Paul, une Innue de 20 ans originaire de Pessamit, apprécie beaucoup le défi de la randonnée, mais aussi cet exercice de «vivre ensemble». «Il y a des gens de partout ici : Mexicains, Burundais, Rwandais...», poursuit celle qui a aussi déjà fait le Challenge polaire de Motivaction Jeunesse, un périple à vélo entre Montréal et Québec en plein mois de février.

Pour Luc Richer, la première expérience vécue il y a 20 ans a également débouché sur une œuvre qui l’occupe dorénavant à l’année et qui continue de porter des fruits, une organisation qui compte 12 employés et un conseil d’administration. «Mais surtout, ces activités offrent un grand potentiel pour ces jeunes de découvrir leurs propres ressources», conclut-il.