Un stationnement temporaire de 300 places prévu lors de la première phase de construction du complexe hospitalier sur le site de l'hôpital de l'Enfant-Jésus a soulevé des questions parmi les citoyens.

Mégahôpital: des citoyens craignent la circulation indésirable

La première phase des travaux de construction du complexe hospitalier CHU de Québec sur le site de l'hôpital de l'Enfant-Jésus suscite déjà des inquiétudes chez les citoyens, qui craignent que l'aménagement de stationnements temporaires amène son lot de circulation indésirable.
L'un des deux stationnements temporaires prévus - le terrain situé entre l'avenue Perrault et le boulevard Henri-Bourassa, ainsi que la 26e Rue et la 24e Rue - a soulevé des questions parmi la trentaine de citoyens réunis mercredi soir au Centre Monseigneur-Marcoux, à l'occasion d'une rencontre publique d'information organisée par le CHU de Québec. 
L'un d'entre eux, André Ouellet, remet en question le choix d'aménager l'entrée du stationnement de 300 places sur l'avenue Perrault. M. Ouellet a plutôt proposé de l'aménager sur la 26e Rue afin de diminuer au maximum le trafic automobile sur l'avenue résidentielle. 
«En 2004-2005, quand ils ont construit le stationnement actuel derrière l'Enfant-Jésus, ils avaient aménagé l'entrée du stationnement sur l'avenue de Vitré. Il a fallu qu'on se batte pour qu'elle change de place et qu'ils l'aménagent sur Henri-Bourassa», a plaidé M. Ouellet. Il craint que les responsables du projet reproduisent la même erreur en prévoyant l'entrée de centaines de véhicules quotidiennement sur une rue fréquentée par de nombreux enfants. 
«Il y a de jeunes familles dans le quartier», a-t-il défendu. L'école Jeunes du Monde se trouve non loin et plusieurs écoliers s'y rendent à pied. 
«Il faut utiliser au maximum Henri-Bourassa et réduire la circulation dans les rues de la paroisse», a fait valoir un autre citoyen. 
La première phase des travaux s'étirera jusqu'en 2020, mais des travaux préparatoires auront lieu jusqu'à la fin de 2017. Un massif électrique le long de l'avenue de Vitré ainsi que le démolition du CPE situé sur le terrain de l'hôpital sont les premiers travaux qui seront réalisés. Dès l'automne, la construction du Centre intégré de cancérologie et de la centrale d'énergie débutera.