Une manifestation prolaïcité organisée à Québec a suscité des tensions alors que quelques dizaines de contre-manifestants ont confronté le groupe réuni au parc Lucien-Borne.

Manifestation prolaïcité: nouvelle mise en garde de Labeaume

Une manifestation prolaïcité organisée à Québec a suscité des tensions alors que quelques dizaines de contre-manifestants ont confronté le groupe réuni au parc Lucien-Borne.

Environ 200 personnes avaient répondu présentes sur les réseaux sociaux au rassemblement «pour la laïcité et la liberté d’expression», qui appuie «la laïcité de l’État pour les personnes en autorité».  

Les organisateurs, dont l’identité reste inconnue, accusent notamment des politiciens et des médias d’avoir recours à de l’«intimidation envers les personnes qui ne pense pas comme eux».

L’événement a été partagé sur les pages Facebook de Storm Alliance et de La Meute.

À l’annonce de cette manifestation, un contre rassemblement s’est aussitôt organisé pour «dénoncer de telles manifestations qui encouragent le racisme et la xénophobie».

De nombreux policiers, dont des agents spécialisés en contrôle de foule, étaient sur place pour séparer les deux groupes.

De son côté, le maire Régis Labeaume «ne veut rien savoir de ce monde-là» et déplore que ces groupes soient «assez habiles» pour communiquer leur message.

«lls ont une façon bien sexy, bien délicate d’amener les choses, mais dans le fond, ils sont contre les étrangers. Un étranger qui n’a pas une culture française. Ils sont contre ça», affirme le premier magistrat. «Quand ils parlent de laïcité, je pense qu’ils parlent moins du fait que l’État ou les gouvernements doivent être laïcs, ce avec quoi je suis totalement d’accord, mais quand ils parlent de laïcité je pense qu’ils en parlent aussi contre les religions immigrantes étrangères.»

Ils ne sont pas fous, ajoute-t-il. «Je trouve que les gens qui les dirigent, malheureusement, sont assez habiles. […] Ils savent trouver les mots, ils savent ne pas attaquer de front le problème.»

M. Labeaume croit que «si on n’est pas prudent, malheureusement, leur message fait du chemin et là faut les dénoncer et essayer de comprendre pourquoi ça existe».

Celui-ci a pour une nouvelle fois cette semaine insisté : «Tant que les gouvernements ne s’occuperont pas de la langue française, tant qu’on laissera diminuer l’expression française dans l’espace public, on va élargir une fracture qui existe déjà – on va le dire – entre Montréal et le reste du Québec». Avec Raphaëlle Plante

À l’annonce de cette manifestation, un contre rassemblement s’est aussitôt organisé pour «dénoncer de telles manifestations qui encouragent le racisme et la xénophobie».