Sous un soleil chauffant et des températures au-delà des normales, la grande marche marquait également la fin du Festival contre le racisme dans la capitale, qui se déroulait du 22 au 25 mars cette année.

Manifestation familiale contre le racisme à Québec

Des manifestants se sont réunis dimanche après-midi à Québec pour s'opposer «à la montée du racisme, la peur de l'autre et le repli identitaire». Ils ont marché de la place d'Youville jusqu'à la rue Saint-Joseph, en basse ville.

L'événement était l'idée d'une association entre le Comité populaire Saint-Jean Baptiste, le comité organisateur du Festival contre le racisme et la section 03-12 du Regroupement d’éducation populaire en action communautaire des régions de Québec et Chaudière-Appalaches (RÉPAC).

La grande marche marquait également la fin du Festival contre le racisme dans la capitale, qui se déroulait du 22 au 25 mars cette année. 

C'était en réalité la deuxième édition de cette marche, qui a été fondée l’an dernier, peu après l’attentat à la mosquée dans le secteur de Sainte-Foy. 

«Trop longtemps, nous avons laissé grandir la peur de l’autre, le repli identitaire et les préjugés. Nous ne pouvons plus détourner le regard ou faire semblant de ne pas entendre», pouvait-on lire dans une déclaration écrite des organisateurs, via la plateforme Facebook de l'événement. 

Plusieurs dénonciations 

«Entre la xénophobie à l’endroit des demandeurs et demandeuses d’asile Haïtien(ne)s, l’attentat à la mosquée de Québec et l’annonce de l’annulation de la consultation sur le racisme systémique, nous pouvons nous inquiéter et nous indigner», ajoute-t-on par le fait même.

Plusieurs organismes avaient signé cet appel avant même le début du rassemblement, comme la Maison des Femmes de Québec, l'Union étudiante du Québec ou encore le Collectif pour un Québec sans pauvreté.

«Nous souhaitons que cette manifestation soit festive et familiale et que toutes les personnes s’y sentent en sécurité», avait au préalable indiqué le comité du RÉPAC 03-12.

Les policiers avaient donc été avertis de l'itinéraire précis de la marche, afin de garantir, aux plus jeunes comme aux plus vieux, une sécurité complète.