La cofondatrice des Urbainculteurs, Marie Eisenmann, explique que certains bacs sur les toits de Lauberivière sont destinés à la vente pour le public.

Maison de Lauberivière: le toit-jardin sera permanent et plus grand

Le souhait de la Maison de Lauberivière et des Urbainculteurs se réalise. Grâce à la Fondation GDG, la pérennité du tout nouveau toit-jardin de l'organisme d'accueil des démunis est assurée.
Depuis le début de l'été, les démunis qui fréquentent la Maison de Lauberivière peuvent manger chaque jour des légumes frais cultivés sur le toit même de l'établissement. Les 500 bacs Biotop, conçus par le biologiste Marc-André Valiquette et installés par les Urbainculteurs, y produisent deux tonnes de légumes qui profitent également au marché de solidarité régionale de Québec.
Séduite par le projet, la Fondation GDG a annoncé, hier, un soutien financier de 65 000 $ pour assurer la pérennité du toit-jardin et son agrandissement. «Nous souhaitons que ce projet puisse devenir aussi une plateforme de réinsertion sociale pour les bénéficiaires de la Maison de Lauberivière», a ajouté Gaétan Duchesne, président de la Fondation GDG.
«Sécurité alimentaire»
Grâce à ce partenariat, le nombre de bacs sur le toit de Lauberivière passera à 1000 en 2011, ce qui représente une production de quatre tonnes de légumes par année. «Ça contribue à assurer notre sécurité alimentaire», précise Chantale Dugas, directrice générale de Lauberivière. «Nous servons 140 000 repas par année, et le toit-jardin nous permet d'offrir une meilleure qualité et une plus grande diversité de repas.»
Conformément au souhait de la Fondation GDG, le jardin deviendra également un outil de réinsertion sociale pour les personnes qui fréquentent Lauberivière. «Nous offrons déjà la possibilité de terminer son secondaire et de la formation professionnelle en entretien ménager, alors pourquoi ne pas ajouter de la formation pour s'occuper des jardins? Avec la collaboration des Urbainculteurs, qui donnent la formation, nous allons pouvoir intégrer nos gens au projet», ajoute Mme Dugas.
Offerts au public
Les bacs Biotop sont également offerts au grand public, avec ou sans les légumes. «Les gens peuvent nous visiter et se procurer des bacs», explique Marie Eisenmann, cofondatrice des Urbainculteurs. «Quelques bacs où poussent des légumes sur le toit de Lauberivière sont destinés à la vente. Nous offrons aussi des formations sur l'agriculture urbaine.»