L’ouverture du marché saisonnier du Vieux-Port de Québec reportée à 2020

La Coopérative des horticulteurs reporte au printemps 2020 l’ouverture du marché saisonnier qui devrait voir le jour dans le courant de l’été au Vieux-Port de Québec. Elle justifie cette décision en raison d’un recours judiciaire actuellement devant les tribunaux.

«La Coopérative des horticulteurs de Québec se voit dans l’impossibilité d’exploiter ce marché dont l’ouverture était prévue pour l’été 2019. La démolition de l’édifice actuel, qui était en fin de vie utile, et l’installation d’une nouvelle structure nécessitent de six à huit semaines de travaux», explique l’organisme par voie de communiqué.

En mai, l’avocat François Marchand a déposé une requête pour obliger la Ville à maintenir le bâtiment actuel en place. Il plaide que sa fermeture est «illégale» parce qu’elle contrevient au contrat de vente de l’immeuble en 1987 intervenu entre le gouvernement fédéral et la Ville de Québec. Dans l’attente d’une décision, la Ville s’est engagée à retarder la démolition.

«Ce n’est pas une bonne nouvelle, lance Jean-François Gosselin, chef de l’opposition officielle à l’hôtel de ville. On avait demandé un marché satellite, au moins. Je suis certain que le maire va blâmer M. Marchand, mais il n’en est rien. C’est de la faute de l’administration en place qui aurait dû garder ça ouvert et s’assurer d’être prête à ouvrir un marché satellite. Encore une fois, les citoyens vont faire les frais de la mauvaise planification de la Ville.»

«Normalement, la démolition devait commencer le lendemain matin [13 juin]» de la fermeture du marché du Vieux-Port, rappelle Régis Labeaume pour expliquer la situation. «C’est vraiment une question de délais. On a toujours dit que ça prenait de six à huit semaines pour la démolition et l’installation de la nouvelle tente. En plus, on arrive dans les vacances de la construction et c’est un délai supplémentaire de deux semaines. Pour la coopérative, c’est moins intéressant d’être là pour quelques semaines», explique pour sa part, la conseillère Marie-Josée Savard, responsable de l’urbanisme et de l’aménagement du territoire.»