Une trentaine de citoyens ont assisté à la séance d'information donnée par le RTC pour présenter sa nouvelle desserte nord-ouest.

L’opposition pas convaincue par la desserte nord-ouest du RTC

Les conseillers municipaux d’opposition qui ont assisté samedi matin à la séance d’information pour présenter la nouvelle desserte nord-ouest du Réseau de transport de la Capitale (RTC) n’ont pas été convaincus par la présentation faite à la trentaine de citoyens qui s’étaient déplacés pour y assister.

«Je suis un peu surpris de la très courte présentation. Après, on réfère tout de suite [le public] aux techniciens. Il n’y a pas beaucoup de dialogue avec la population et je pense que c’était voulu comme ça», a déclaré le conseiller indépendant du district Lorretteville-Des Châtels et ex-président du RTC, Raymond Dion. «Il y avait tellement de lacunes à Val-Bélair! On a apporté quelques petits correctifs, mais ce n’est pas encore une grande desserte. On est loin du compte. Quant aux gens de Lac Saint-Charles et Saint-Émile, il n’y a rien pour eux et il n’y a que de petites modifications pour les résidents de Loretteville», déplore celui qui a quitté Équipe Labeaume en juin.

M. Dion aurait aussi espéré une desserte rapide sur Robert-Bourassa au nord de Lebourgneuf, à tout le moins dans le projet de transport structurant qui est présentement sur la table de travail de la Ville. «Ni aujourd’hui ni depuis tout ce temps, on ne nous a indiqué que le nord serait bien desservi par le réseau structurant. Il faudrait au moins un trambus qui se rende au nord.»

Le conseiller indépendant du district Lorretteville-Des Châtels et ex-président du RTC, Raymond Dion, signale qu'«on est loin du compte» pour la desserte à Val-Bélair.

Quant au conseiller de Neufchâtel-Lebourgneuf Patrick Paquet, il a déploré que la présentation de samedi ne soit, selon lui, que de la gestion habituelle du RTC et qu’elle ne comporte pas l’ajout de parcours. «Rien n’a changé, au fond. Le RTC faisait régulièrement de petites améliorations comme celles-là aux parcours. Les bonifications, c’est positif, mais on peut faire mieux. Il aurait fallu mettre le parcours est-ouest central à la hauteur de Chauveau qui est demandé depuis des années. J’aurais aussi aimé plus de stationnements incitatifs pour nos Express», a commenté l’ex-conseiller d’Équipe Labeaume réélu en décembre sous la bannière de Québec 21.

Le président du RTC et conseiller du district du Plateau, Rémy Normand, a répliqué que les demandes exprimées n’étaient pas justifiées pour l’instant. «Je suis toujours étonné de voir comment Raymond Dion, qui a quand même été président du RTC pendant quatre ans, réagit à ces affaires-là. Rien, dans nos modélisations, ne justifie une extension du parcours Métrobus jusqu’au nord de Lebourgneuf», a-t-il avancé.

Expliquant que le RTC fonctionne avec des analyses et qu’il «gradue» les parcours qui sont utilisés, il a indiqué que les secteurs de Beauport, Charlesbourg, Saint-Émile et Notre-Dame-des-Laurentides figuraient parmi ceux sur lesquels le RTC se penchait pour éventuellement annoncer d’autres bonifications des parcours. 

Quant à la possibilité d’amener un parcours de trambus à Val-Bélair, M. Normand a fermé la porte. «La "colonne vertébrale" du réseau structurant ne peut pas aller de Val-Bélair à Beauport! Il faut mettre ça où il y a de la densité», a-t-il justifié.