Les deux élus de Québec 21, le chef Jean-François Gosselin et le conseiller du district Chute-Montmorency–Seigneurial, Stevens Melançon

L'opposition municipale forme son cabinet

L’opposition à l’hôtel de ville de Québec a formé officiellement son cabinet. Il sera composé de cinq membres à temps plein et trois à temps partiel, essentiellement d’anciens candidats.

Après les élections, seul Serge Marcotte, directeur de campagne de Québec 21 et ex-administrateur du Parti conservateur du Canada, avait été embauché à long terme, soit jusqu’au 31 décembre 2018, comme conseiller politique senior.

Martin Paquet, qui portait le titre de chef de l’équipe de transition, devient officiellement chef de cabinet. Il est de loin le plus haut salarié de l’opposition. Il sera payé 95 000 $ par année, soit quelques milliers de dollars de plus que ce qui avait été annoncé il y a deux semaines. 

M. Marcotte a assuré que le dernier montant est le bon : «J’ai toujours vu ça comme 95 000 $, c’était entendu depuis le début.» Il ne s’est pas gêné pour comparer avec Louis Côté, bras droit du maire Régis Labeaume. «L’égal de M. Paquet au cabinet du maire gagne 168 000 $, donc on peut dire qu’on est assez réservés.»

Nathalie Blanchet sera conseillère politique aux communications. C’est elle qui traitera les demandes des journalistes. Mme Blanchet est une «référence», une «connaissance» du chef Jean-François Gosselin, a indiqué M. Marcotte. Elle aurait travaillé notamment aux campagnes électorales de l’Action démocratique du Québec (ADQ). Salaire annuel : 70 000 $. 

Cela officialise le retrait de Mario Hudon, ex-animateur de radio et candidat défait dans Saint-Rodrigue, qui continuera de graviter autour du parti. 

Pierre-Luc Arseneau, candidat défait dans Vanier-Duberger, se voit offrir un contrat de recherchiste à temps plein pour 42 000 $ par année. Les «ex» Gilles Côté (Louis-XIV), ingénieur, Jean-Pierre Asselin (Cap-Rouge—Laurentien), homme d’affaires, et Geneviève Cormier (Les Saules), enseignante, seront pour leur part rémunérés 15 000 $ par année pour 10 heures de travail par semaine. «On veut avoir des gens de tous les milieux. Si on avait eu 15 candidats élus, ce serait différent. On veut avoir des gens avec différentes habiletés et qualités. On a voulu profiter du plus de talents possible, c’est la raison pour laquelle on a divisé», a expliqué Serge Marcotte. 

Enfin, Michelle Canac-Marquis se joint à l’équipe comme adjointe administrative.