Le chef de l'opposition à l'hôtel de Ville de Québec, Paul Shoiry, lors du conseil municipal de lundi soir

L'opposition demande un projet-pilote sur la cuisine de rue à Québec

Les trois élus de l'opposition à l'hôtel de ville de Québec demandent la mise sur pied d'un projet-pilote sur la cuisine de rue à Québec. Et ce, même si l'administration Labeaume n'est pas chaude à l'idée pour l'instant.
Dans un avis de proposition déposé au conseil municipal de lundi, Paul Shoiry, Anne Guérette et Yvon Bussières estiment qu'un tel projet-pilote servirait à «évaluer les impacts, les bénéfices et les inconvénients» des camions transformés en restaurants roulants si populaires dans d'autres villes. 
Dans le document déposé lundi soir, les conseillers de Démocratie Québec font notamment allusion à la Ville de Montréal où le conseil municipal a lancé, en 2012, un tel projet-pilote au centre-ville ainsi que dans Rosemont-Petite-Patrie. «Le succès des deux dernières années à Montréal a conduit l'administration municipale à implanter la cuisine de rue dans trois nouveaux arrondissements à l'été 2015», note l'opposition dans l'un des «attendus» de son avis de proposition. Les trois élus soulignent également que les villes de Granby et de Drummondville tentent aussi l'expérience cette année. 
Les trois conseillers estiment que la «cuisine de rue pourrait contribuer à développer l'image de Québec comme ville gastronomique, en permettant une diversification de son offre alimentaire». 
L'avis de proposition sera soumis au comité exécutif de la Ville pour analyse qui décidera d'y donner suite ou non. Mais on sait déjà que l'administration Labeaume n'a pas l'intention d'aller de l'avant avec les food trucks pour l'instant. Le maire Régis Labeaume a souvent répété ne pas vouloir «nuire aux restaurateurs» qui ne l'ont pas toujours facile ces derniers temps.