La comédienne Guylaine Tremblay entourée d'ex-jeunes de La Dauphine, Gabriel Gagné, 22 ans, François Cyr, 28 ans, et Mélissandre Boudreau, 21 ans.

L'opéra au profit des jeunes de la rue

C'est dans un lieu inusité, fréquenté par les jeunes de la rue, la Fabrique d'obus de Parcs Canada, que sera présentée le mois prochain l'adaptation de l'opéra Carmen, au bénéfice de la Maison Dauphine, le 21 octobre.
Présente à la conférence de presse, lundi après-midi, la porte-parole de la campagne de financement, la comédienne Guylaine Tremblay, a réitéré son appui à cette mission qui lui tient beaucoup à coeur. «J'ai bien du mal à voir des jeunes être dans la rue, c'est pourquoi un organisme comme La Maison Dauphine est plus que nécessaire, c'est essentiel.»
À cause de Carmen, le nom du spectacle, se veut une relecture du célèbre opéra, où des jeunes de la rue, après avoir squatté un édifice abandonné du centre-ville, voient leur vie transformée au contact de chanteurs répétant la célèbre oeuvre de Bizet dans un édifice voisin.
Cinq comédiens, finissants du Conservatoire, trois musiciens et plusieurs danseurs participeront au spectacle, dans le grand hangar de la Fabrique d'obus aménagé pour l'occasion afin de recevoir quelque 300 spectateurs sur deux rangées de gradins. La troupe livrera sa performance au milieu du bâtiment, sur le sol, «dans une tonne de sable», sous la direction du metteur en scène et concepteur Richard Aubé. L'adaptation musicale a été confiée à Fabrice Tremblay.
«Les grands airs de Bizet prennent, dans la bouche des jeunes, des accents de liberté et de rock», explique M. Aubé. Une chanteuse, Natasha Poirier, a profité de l'occasion pour livrer lundi devant la presse un touchant extrait du mémorable L'amour est un oiseau rebelle.
Accepter sans juger
«L'art ne sert pas seulement à divertir, mais aussi pour aider, accompagner et pour changer les choses, précise Guylaine Tremblay, ébahie de voir l'accueil inconditionnel que reçoivent les jeunes de La Dauphine. «On les accepte tels qu'ils sont, sans les juger.»
Ken Risdon, le directeur général de La Dauphine, organisme qui fête ses 25 ans, a déclaré au Soleil que la campagne de financement avait permis de recueillir jusqu'à maintenant suffisamment d'argent pour permettre d'élargir les heures d'ouverture. À compter du 1er novembre, peu importe la température, La Dauphine accueillera les jeunes la nuit, à longueur de semaine. Le projet de maison d'hébergement en basse-ville est pour le moment sur la glace, faute de financement.
Vous voulez y aller?
Quoi: À cause de Carmen
Quand: du 17 au 21 octobre, à 20h (pratiquement complet). Supplémentaire le samedi 21 octobre
: Fabrique d'obus de Parcs Canada (entrée Côte du Palais, face à l'Hôtel-Dieu)
Billets: 50 $ (taxes incluses)