Le maire de Saint-Augustin-de-Desmaures, Marcel Corriveau

Longueuil «pas comparable» à Saint-Augustin, dit Corriveau

Les maires de Brossard, de Saint-Bruno-de-Montarville et de Saint-Lambert ont dénoncé en bloc, jeudi après-midi, le fonctionnement et le financement de l'agglomération de Longueuil. Si le parallèle avec Québec semble facile, le maire de Saint-Augustin, Marcel Corriveau, considère être dans une situation beaucoup plus critique.
En conférence de presse jeudi après-midi, les trois maires des banlieues de Longueuil ont réclamé l'intervention immédiate du ministre des Affaires municipales, Pierre Moreau, afin de revoir la situation «inacceptable» de l'agglomération. Les trois maires affirment avoir payé 40 millions $ de trop à l'agglomération depuis sept ans pour des services relevant de compétences d'agglomération.
Ils soutiennent qu'une résolution adoptée par les villes de Longueuil et de Boucherville en 2007 pour déléguer les pouvoirs de gestion des dépenses mixtes au conseil municipal est illégale.
Bien que la situation rappelle drôlement le bras de fer médiatique et juridique que livrent les villes de Saint-Augustin et L'Ancienne-Lorette à l'agglomération de Québec, le maire de Saint-Augustin, Marcel Corriveau, ne croit pas que le problème est comparable.
«Je ne peux pas commenter pour le fonctionnement de leur agglomération, mais je sais que la quote-part a augmenté de 29 % à Longueuil depuis 2008 par rapport à 111 % à Québec», explique le maire.
«S'il y a un problème à Longueuil, il est encore beaucoup plus gros et beaucoup plus pressant à Québec. Je l'aurais bien pris moi l'augmentation de 29 %, on aurait plusieurs millions de plus dans nos coffres.»