Limoilou: des règlements d'affichage mal justifiés [VIDÉO]

Sébastien Son et Léa Paquet n’ont aucun problème avec les règlements d’urbanisme implantés par la Ville. «Il en faut, c’est certain, mais il faudrait y avoir des raisons mieux justifiées», expriment les copropriétaires de la Baraque gourmande, café-restaurant sur la 1re Avenue dans le quartier Limoilou. 

En plus de l’explication peu concluante qui exige le retrait de leur pancarte, l’ancien propriétaire du local avant eux utilisait le même matériel pour son enseigne, elle y est restée accrochée pendant quatre ans. Pourquoi eux, ça ne fonctionne pas? 

«Le matériel, c’est du Coroplast et ce n’est pas conforme à leurs règles, ça ne résiste pas aux intempéries... On veut juste faire les choses correctement et qu’on donne la chance de le faire.

L’enseigne est installée depuis l’ouverture du commerce en mars 2019, elle a depuis résisté aux tempêtes de neige, à la pluie ou à la chaleur.

«La Ville nous propose une affiche lumineuse pour remplacer notre enseigne. On n’a juste pas les moyens pour ça, avec l’électricité et tout, ça peut monter à 1500 $. C’est impossible pour une entreprise comme la nôtre», ajoute M. Son. 

Le couple a publié un message sur leur page Facebook, il disait aux clients de ne pas s’inquiéter s’ils voient disparaître la pancarte, le commerce restera ouvert. «On voulait expliquer la situation à nos clients, en échange on a eu une vague d’amour. On réalise qu’on n’est pas les seuls à qui ça arrive», termine le copropriétaire. 

Le Soleil rapportait une histoire similaire l’automne dernier, alors que le restaurant Soupe & Cie sur la 3e Avenue, à Limoilou, avait été condamné en cour municipale à payer une amende de 2000 $ pour une affiche de soupe au chocolat dont l’éclairage a été jugé non conforme par la Ville.