À la suite du dépôt du rapport, le maire Lehouillier s'est engagé à appliquer les recommandations du vérificateur général.

Lévis devrait revoir son processus de soumissions

La Ville de Lévis devrait être plus «stratégique» et mieux connaître le marché lorsqu'elle publie des appels d'offres. Elle pourrait ainsi obtenir des soumissions à meilleur prix et détecter plus facilement des indices de collusion, constate son vérificateur général Yves Denis.
En poste depuis un peu plus d'un an, M. Denis s'est attardé dans son premier rapport déposé lundi à la gestion des contrats de 100 000 $ et plus. Les 33 contrats qu'il a scrutés sont tous conformes à la loi, sauf qu'il a constaté dans plusieurs cas que les délais étaient trop courts pour soumissionner, si bien que moins de joueurs ont la possibilité de le faire.
«Il faut se donner le temps de mieux faire les choses», évoque-t-il en entrevue. Par exemple, la Ville ne se soucie guère à l'heure actuelle qu'un appel d'offres soit publié en plein été, alors que les carnets de commandes de la plupart des entrepreneurs sont déjà pleins. «Arriver sur le marché à un mauvais moment, ça peut se traduire par des prix plus élevés. On s'expose à ce risque-là», constate M. Denis.
«Recommandations très constructives»
Dans son rapport, M. Denis recommande qu'une ressource soit consacrée à «documenter et détecter d'éventuels stratagèmes de collusion», ce que ne fait pas la Ville de Lévis à l'heure actuelle.
Même si la Ville s'est dotée d'une Politique de gestion contractuelle, qui prévoit la nomination d'une personne neutre et indépendante pour recevoir les plaintes et les dénonciations de collusion, personne n'a encore été nommé à ce poste, dénonce le vérificateur général. 
Les constats de M. Denis ont été bien accueillis par les élus. Le maire Gilles Lehouillier s'est engagé à «appliquer ses recommandations très constructives».