Lessard intéressé par l'illumination du pont Pierre-Laporte

Le ministre des Transports du Québec se montre intéressé au projet d'illumination du pont Pierre-Laporte, mais prévient qu'il ne faudrait pas répéter l'échec du pont de Québec en pareille matière.
Invité à réagir à la proposition de l'architecte et concepteur lumière Guy Simard, Laurent Lessard a rappelé que l'échangeur Turcot et le pont Jacques-Cartier à Montréal seront bientôt illuminés. 
«Du côté de Québec, si vous vous promenez sur [l'autoroute] Duplessis, les quelques structures qui ont été changées profitent d'une illumination. On est peut-être dans la tendance de ça et pourquoi pas. Maintenant, c'est peut-être plus à l'état de projet, d'idée. On verra qu'est-ce que pourrait coûter tout ça. Si la région est d'accord avec ça, on a quand même une structure assez impressionnante», a-t-il ajouté. 
Le ministre n'a pu s'empêcher d'ajouter qu'«on a encore dans la tête l'illumination du pont de Québec et je sais pas si on est encore guéris de ça.» 
Il faisait référence à l'ajout de lumières devant changer de couleur en fonction des marées. L'installation de 2001 avait suscité une grande déception dans la population et est disparue dans l'indifférence totale quelques années plus tard. Il en avait pourtant coûté plus de deux millions de dollars. 
«À Québec, on n'aime pas ça les échecs, donc on va s'assurer que la prochaine fois, si on va de l'avant là-dedans, on aura la meilleure équipe pour le meilleur projet», a fait valoir M. Lessard. 
Le ministre n'a pas dit combien il serait prêt à investir, affirmant que la priorité est à la réduction de la congestion. 
Les partisans d'une réfection du pont de Québec étaient moins enthousiastes. «Disons que mes préoccupations vont bien davantage vers la sauvegarde et la mise en valeur du pont de Québec, qui est grandement négligé», a commenté l'historien Michel L'Hébreux.
«On peut tu en finir un avant d'en commencer un autre?» a pour sa part questionné l'avocat Luc Paradis, qui juge «plus intelligent de commencer par valoriser le pont de Québec».
Avec Valérie Gaudreau

SRB: les élections créent des tensions, dit Lessard

Le ministre des Transports croit que l'imminence des élections municipales contribue aux tensions nouvelles entre Québec et Lévis sur la question du service rapide par bus (SRB). «Ça peut arriver qu'on a des différends quand les maires sont devant leur électorat cette année. Ils ont à préciser le projet. Tout le monde a développé beaucoup d'ambition par rapport à ça. C'est du monde qui en général s'entend bien et à cette occasion-là, ils ont peut-être un différend sur la finalité du projet», a tenté mardi Laurent Lessard. Celui-ci croit néanmoins que «c'est récupérable». «On va être capable d'expliquer pour toutes les populations parce qu'autant du Québec que du côté de Lévis, on a les mêmes citoyens. Le gouvernement du Québec, les élus provinciaux ont a les mêmes citoyens et on doit répondre aux mêmes questions. On a un effort ensemble à faire, mais j'ai bonne confiance qu'on est capables de réaliser tout ça», a-t-il développé. Annie Morin