Les Sentiers récréatifs de Saint-Nicolas s'inscrivent dans une volonté affirmée du maire Gilles Lehouillier de se «tourner vers le fleuve et ses affluents» et de mettre en valeur une dizaine de parcs urbains.

Les Sentiers récréatifs de Saint-Nicolas complétés l'an prochain

Les travaux d'aménagement des Sentiers récréatifs de Saint-­Nicolas, un autre projet du maire de Lévis Gilles Lehouillier pour «redonner le fleuve à la population», seront terminés l'an prochain et auront coûté à terme 715 000 $. La pièce essentielle du projet, une passerelle pour piétons surplombant la rivière Aulneuse, sera construite cet été.
Proposée à l'origine par deux membres de l'organisme Revitalisation Village Saint-­Nicolas, Lise Monette et René Fortin, présents mercredi à la conférence de presse convoquée par la Ville, l'idée de ce parc linéaire d'une longueur de 10 kilomètres vise à mettre en évidence les richesses du quartier et permettre aux excursionnistes de se dégourdir les jambes tout en profitant de panoramas, été comme hiver.
Lancés il y a deux ans, les travaux se poursuivront dans les prochains mois avec la construction de la passerelle (une facture de 150 000 $), l'acquisition de terrains en périphérie et l'aménagement du stationnement de l'Anse Ross.
L'an prochain, la Ville veillera à l'aménagement des accès à la passerelle, de l'Anse Ross, de la plage du Quai et du sentier du parc de la Montagne.
Une dizaine de parcs urbains
Les Sentiers récréatifs de Saint-Nicolas s'inscrivent dans une volonté affirmée du maire Lehouillier de se «tourner vers le fleuve et ses affluents» et de mettre en valeur une dizaine de parcs urbains, comme celui du quai de la traverse ou du parc de la rivière Etchemin. En cela, le maire a rappelé l'acquisition de deux terrains en bordure du Saint-Laurent appartenant aux Frères des Écoles chrétiennes et aux religieuses de Jésus-Marie.
L'achat de ces lots, conclu à la moitié du montant que les deux congrégations auraient pu obtenir de promoteurs privés, est d'autant plus important, a rappelé le maire, qu'il permettra éventuellement d'accueillir les citoyens pour la baignade dans le fleuve. Les tests effectués jusqu'à maintenant permettent d'y croire, a souligné M. Lehouillier.