Le grand escalier du sentier des Grèves est fermé après avoir été fragilisé par les précipitations puis un violent coup d'eau.

Les précipitations forcent la fermeture du sentier des Grèves

Un violent coup d'eau survenu le 12 août dernier à Sainte-Foy, combiné aux précipitations des semaines précédentes, a fragilisé le grand escalier du sentier des Grèves et forcé sa fermeture.
Ce jour-là, le cours d'eau qui jouxte l'escalier est sorti de son lit, balayant le remblai des piliers de l'escalier ainsi que le petit sentier qui descendait sur la grève.
La Commission de la capitale nationale (CCN) a aussi constaté de l'érosion dans la falaise, toujours dans le secteur de la grande courbe du boulevard Champlain. Cette érosion se poursuit depuis à chaque précipitation. 
Des sacs de sable ont été placés pour la freiner et des travaux de stabilisation seront réalisés cet automne. Une intervention de plus grande envergure est prévue au printemps, ce qui force la fermeture de l'escalier pour plusieurs mois encore. La CCN espère pouvoir compléter ces travaux avant l'été.
Le reste du sentier des Grèves, soit la portion qui va du sommet de l'escalier jusqu'à la Plage-Jacques-Cartier, demeure ouvert au public jusqu'à l'hiver.
L'escalier doit rester fermé plusieurs mois.
La Ville de Québec poursuit par ailleurs ses analyses sur le site de l'ancien dépôt à neige de Sainte-Foy, qui se trouve à mi-chemin entre l'escalier et la Plage. 
Le sentier des Grèves contourne actuellement ce site, sur une distance d'environ 250 mètres. Ce tronçon n'a jamais été aménagé et détonne par sa laideur avec le reste du sentier des Grèves.
Le site est borné à ses extrémités par des clôtures ancrées à des blocs de béton lourdauds. La falaise dans ce secteur est décharnée et le sol au pied de la pente est contaminé.
Changement au certificat d'autorisation
Avant de pouvoir y effectuer des aménagements, la Ville devra obtenir du ministère de l'Environnement une modification à son certificat d'autorisation. Celui-ci est actuellement limité à un usage de dépôt à neige. 
Aucune demande en ce sens n'a encore été acheminée au ministère, mais «le dossier est actif», fait savoir le porte-parole de la Ville, David O'Brien. 
Si ses analyses sont concluantes, la Ville envisage de compléter l'aménagement de cette portion congrue du sentier.
Le sentier des Grèves constitue la phase II de la promenade Samuel-De Champlain. Il court sur 1,7 km entre le pont Pierre-Laporte et la Plage-Jacques-Cartier. Il a été inauguré à l'été 2016.
Outre le secteur de l'ancien dépôt à neige, il reste à installer de l'éclairage entre le quai des Cageux et l'escalier pour compléter la phase II de la promenade. 
Les fils électriques sont passés et les bases de ciment sont en place, mais la CCN est encore à définir un «concept d'éclairage», explique sa porte-parole, Mme Anne-Marie Gauthier. 
La CCN espère installer les lampadaires l'été prochain. Le même concept d'éclairage pourrait être repris dans la phase III de la promenade, à l'ouest de la côte de Sillery.