La Ville de Québec et ses pompiers ont réglé en arbitrage la convention collective pour 2007, 2008 et 2009.

Les pompiers retrouvent leurs uniformes

Tout comme les policiers de Québec en ont fait l'annonce vendredi, les pompiers décident d'abandonner les pantalons de camouflage et les jeans.
Avec l'adoption du projet de loi 3 sur les régimes de retraite, «on considère que les pantalons n'ont plus lieu d'être», soutient au Soleil Eric Gosselin, président de l'Association des pompiers professionnels de Québec. «On va voir comment nous allons réagir au niveau de la contestation judiciaire, mais pour l'instant, dans les casernes, les gars sont de retour avec l'uniforme.»
L'arrêt des moyens de pression démontre, selon M. Gosselin, une «ouverture» pour les futures négociations. «Au début de 2015, nous sommes à négocier avec la direction du service nos nouvelles conditions. On est prêt à vouloir négocier et on espère que ça peut faciliter les négociations. Nous avons toujours été extrêmement tranquilles et on espère que l'administration Labeaume et la direction du service en prendront bonne note.»
La Ville de Québec et ses pompiers ont réglé en arbitrage la convention collective pour 2007, 2008 et 2009. «La rétroaction doit nous être payée le 15 janvier pour les années 2007, 2008 et 2009», souligne M. Gosselin. «À partir du début janvier, on veut reprendre les discussions et arriver à une entente» pour les autres années. Les deux parties doivent maintenant s'entendre pour la période de 2010 à 2018.